Toujours en course dans le Vendée Globe, Alan Roura ambitionne d’intégrer le top 10 de cette compétition de voile unique autour du monde, sans escale et sans assistance. Benjamin de la course pour la seconde fois, le skipper n’a plus que quelques jours pour renouveler l’exploit de la saison précédente et s’affiche déjà comme un jeune espoir dans le cercle très fermé des plus grands navigateurs.

Alan 2

Le dimanche 8 novembre, ce sont 33 navigateurs qui s’élancent des Sables-d’Olonne pour la neuvième édition du Vendée Globe. Parmi eux, le Suisse Alan Roura, 27 ans et benjamin de la course pour la seconde fois.
Le jeune marin navigue à bord de La Fabrique, un plan Finot-Conq lancé en 2007 et ancien Brit Air qui avait valu le titre de champion du monde IMOCA à Armel Le Cléac’h en 2008, avant de se classer 2e du Vendée Globe l’année suivante.

Alan Roura crée la surprise !

Ce beau voilier taillé pour la course, Alan Roura le doit à ses performances lors de la précédente édition du Vendée Globe. En se classant 12e de la course sur l’un des plus vieux bateaux de la flotte, le benjamin surprend tout le monde.
Pourtant, « Alan n’avait pas d’autre objectif que de boucler son tour du monde proprement, en bon marin, sur le vénérable Superbigou conçu par Bernard Stamm pour le Vendée Globe 2000 », peut-on lire sur le site officiel de la course.

Alan 3

« Quand il a perdu son safran au pire moment dans l’océan Indien et qu’il m’a appelé une heure plus tard pour me dire qu’il avait réussi à mettre le safran de secours, j’étais vraiment étonné », raconte Jacques Caraës.
Alors qu’il éprouvait quelques « doutes » sur le jeune marin au départ du Vendée Globe en 2016, le directeur de course se dit « très largement surpris ». A 23 ans, Alan Roura se fait remarquer par sa réactivité, sa combativité et séduit les sponsors.

« L’art de la débrouille et la maîtrise des émotions »

Le jeune skipper n’en est bien sûr pas à ses débuts. Il peut « se prévaloir d’une expérience en Class40 lors de la Route du Rhum 2014 et la Transat Jacques Vabre 2015. Mais son véritable point d’appui, ce sera la Mini-Transat de 2013″.
Le site officiel du Vendée Globe ajoute que « c’est là qu’il dit avoir développé cet art de la débrouille, cette capacité à ne jamais se laisser déborder, cette maîtrise des émotions ». Un sang-froid que le jeune baroudeur a appris dès son enfance.

Alan 1

Né le 26 février 1993 à Onex, près de Genève, le petit Alan vit dès l’âge de 2 ans sur le bateau de ses parents sur le lac Léman. Sa famille l’entraîne dans un premier tour du monde en 2001, une aventure qui va durer de nombreuses années.
Des Antilles à la Nouvelle-Zélande en passant par la Polynésie française ou la Nouvelle-Calédonie, Alan Roura a passé son enfance et son adolescence à se frotter aux aléas des mers et des océans à travers le monde.

« Objectif : accrocher une place dans le top 10 »

C’est donc sous les meilleures auspices que le skipper s’engage dans ce Vendée Globe. Au 9 janvier, Alan Roura est toujours en compétition et se classe très honnêtement à la 15e place d’une course emmenée par Yannick Bestaven.
« Particulièrement à l’aise dès que la course dure, Alan s’est fixé ses objectifs : accrocher une place dans le top 10 pour espérer, en 2024, disposer d’une machine pour la gagne », conclue le site du Vendée Globe.

Carte d’identité de La Fabrique

Numéro de voile : SUI07
Anciens noms du bateau : Brit Air, Votre Nom autour du Monde, MACSF
Architecte : Groupe Finot-Conq
Chantier : Multiplast
Date de lancement : 1er août 2007
Longueur : 18,28 m
Largeur : 5,90 m
Tirant d’eau : 4,50 m
Hauteur mât : 27 m
Surface de voiles au près : 290 m2
Surface de voiles au portant : 580 m2

© Mister Corail