Si le soleil et la chaleur sont au rendez-vous sur les plages, les vacanciers du golfe du Lion ont eu la désagréable surprise de se plonger dans une mer gelée durant quasiment tout le mois de juillet. C’est le cas chez nous, à Sète, où il était bien difficile de profiter d’un bain de mer dans une eau qui ne dépassait pas 20 degrés. Explication !

001

Tout commence dans les airs. Il a tout d’abord le mistral (également appelé mistrau, magistral ou mestral), ce vent venu du nord-ouest, froid, sec et souvent violent, qui dégage le ciel en poussant les nuages en Méditerranée.
Ajoutez à cela la tramontane, autre vent du nord provenant des massifs montagneux qui s’engouffre dans le golfe du Lion, d’où son surnom de « vent du golfe du Lion ».

L’eau chaude de surface repoussée vers le large

C’est la combinaison de ces deux vents qui est responsable de la chute de température de la mer. Car en chassant les nuages, ils poussent également l’eau chaude de surface vers le large, permettant aux eaux froides des profondeurs de remonter.
On appelle ce phénomène Upwelling, où remontée d’eau, qui n’est pas propre à cette zone du littoral méditerranéen puisqu’on l’observe un peu partout dans le monde.

Un phénomène trompeur

Cet été, les baigneurs des plages du Languedoc et de Camargue ont donc eu de quoi être surpris. Un temps magnifique avec un soleil puissant, un ciel dégagé et la chaleur estivale, mais impossible de mettre un doigt de pied dans l’eau. A Sète, la température de la mer est descendue jusqu’à 15 degrés.
Si ce phénomène qui n’est pas prévisible ne dure généralement que quelques jours, il s’est cette fois prolongé durant quasiment tout le mois de juillet. Pour les vacanciers, il ne reste désormais plus qu’à attendre patiemment la venue du marin ou du sirocco, ces vents venus du sud qui, eux, sont les amis des baigneurs.

© Mister Corail #Mer #Méditerranée #Température