Autrefois, ils encourageaient les marins à hisser, à virer ou à ramer et bien sûr à se divertir. Les chants marins, dont il est souvent illusoire de rechercher l’origine tant les matelots les ont réinventés, ont traversé les époques pour arriver jusqu’à nous et continuent de se transmettre grâce aux adaptations des nouvelles générations. En voici quelques-uns.

Drunken Sailor

Formule raccourcie de What shall we do with a Drunken Sailor ?, Drunken Sailor est un chant à virer irlandais que les marins entonnaient pour manœuvrer les barres du cabestan et relever l’ancre lors de l’appareillage du navire. La chanson, reprise à flots par le cinéma et l’industrie du jeu vidéo, a été interprétée à de très nombreuses reprises, comme ici par le groupe de punk celtique Paddy and the Rats.

Santiano

Adapté en français en 1961 par Jacques Plante et interprété par Hugues Aufray, Santiano est un chant de cabestan anglais dont l’origine reste incertaine. Selon différentes sources, il pourrait faire référence à sainte Anne, patronne des marins bretons, où au président mexicain Antonio López de Santa Anna (1794 -1876), soutenu par les marins anglais lors de la guerre américano-mexicaine.

Tri martolod

Si ce traditionnel chant breton aurait été créé au XIXe siècle, c’est Alan Stivell qui le rend populaire au tout début des années 70… Un succès tellement retentissant que le musicien français le réinterprète depuis à tous ses concerts. La chanson a de nouveau fait des émules dans les années 90 avec le groupe Manau et sa Tribu de Dana, puis aux NRJ Music Awards 2012 grâce à l’album Bretonne de Nolwenn Leroy.

Quinze marins

Né sur L’île au trésor, célèbre roman de Robert Louis Stevenson paru en 1883, Dead Man’s Chest est à l’origine un chant de marin imaginaire qui fait référence à Dead Chest Island, dans les îles Vierges britanniques… Ce qui n’a pas empêché les marins de se l’approprier. Il est adapté en français par Michel Tonnerre, cofondateur du groupe breton Djiboudjep, dont voici une version de Quinze marins.

Les Copains d’abord

Créée en 1964 par Georges Brassens pour le film d’Yves Robert Les Copains, Les Copains d’abord est l’une des plus célèbres chansons du poète sétois et un incontournable du chant marin. Elle a été elle aussi entonnée sur les bateaux et reprises par des célébrités de la chanson française, comme Maxime le Forestier ou Michel Jonasz. Elle a également été adaptée en anglais par Graeme Allwright.

Le corsaire Le Grand Coureur

C’est l’histoire du Grand Coureur, un navire corsaire de Lorient qui naviguait au gré des piratages durant les guerres de l’Empire. A bord, le quotidien des marins était pour le moins risqué. Il était donc impératif de les motiver. Pour cela, rien de tel qu’on bon vieux chant de marin à virer comme Le corsaire Le Grand Coureur, qui a fait l’objet de nombreuses interprétations comme celle du très médiéval Luc Arbogast.

Amsterdam

Si la chanson ne l’a jamais vraiment convaincu, elle est pourtant devenue l’une des plus populaires de son vaste répertoire. Amsterdam, écrite, composée et interprétée par le navigateur Jacques Brel en 1964, est rapidement devenue célèbre dans le monde entier. Elle a donc été reprise un peu partout, des Chœurs de l’Armée rouge jusqu’à David Bowie, qui s’en inspire en 1973 pour le titre Sorrow.

Dans les prisons de Nantes

Dans les prisons de Nantes, qui met en scène un prisonnier et la fille d’un geôlier qui l’aide à s’évader, trouve ses origines au XVIIe siècle et va remonter la Loire au fil du temps pour s’étendre dans de nombreux pays francophones et anglo-saxons. Si bien que les prisons de Nantes sont devenues celles de Londres. Des chanteuses comme Édith Piaf, Nana Mouskouri ou Nolwenn Leroy l’ont inscrite à leur répertoire.

Dès que le vent soufflera

Inspiré par la chanson Santiano interprétée par Hugues Aufray, Renaud se lance à son tour dans la chanson maritime avec Dès que le vent soufflera, publiée en 1983 sur son album Morgane de toi. Pour la petite histoire, Renaud écrit cette chanson qui relate la vie de marin lors d’un retour des Antilles, alors qu’il navigue à bord de son propre bateau.

Sloop John B

Originaire de Nassau, aux Bahamas, Sloop John B est un chant folklorique qui fait référence au John B., un bateau coulé au début du siècle dernier et qui était réputé pour ses retours au port en fanfare. Rapidement adaptée par les Américains, la chanson a été publiée par des artistes célèbres comme Johnny Cash. La version la plus populaire reste toutefois celle des Beach Boys en 1966.

Brest, muse du chant marin

Elle est sans doute la ville française qui a le plus inspiré les chants marins. Parmi les nombreux opus tournés vers la mer depuis Brest, retenons la chanson éponyme publiée sur l’album 1964 de Miossec en 2004. Le titre touchera toutefois un plus large public quelques années plus tard grâce à la reprise de la chanteuse Nolwenn Leroy sur son album Bretonne.

Les chants célèbres de marins

– Adieu cher camarade
– Aux sombres héros de l’amer
– Avec Jean Bart
– Brassons bien partout carré
– Chantons pour passer le temps
– Complainte de Danaé
– Du rhum des femmes
– Fanny de Lanninon
– Hardi les gars, vire au guindeau
– Heart of Oak
– Il était un petit navire
– Irish rover
– Jean Quémeneur
– Jean-François de Nantes
– La Complainte de Jean Quéméneur
– La Complainte des Terre-Neuvas
– La Danaë
– La Fille du vent salé
– La Paimpolaise
– Le port de Tacoma
– Les Filles de La Rochelle
– Les Goëlands
– Les Marins de Groix
– Loguivy de la mer
– Pique la baleine
– The shallow sea
– Trois matelots

© Mister Corail #Chant #Marin