Ils ont parcouru le globe à la voile, parfois au péril de leur vie. Ils ont bravé les éléments et affronté les pires caprices de l’océan, souvent en solitaire. Quand les navigateurs contemporains racontent leurs courses maritimes, c’est pour nous livrer un concentré d’aventures qui sent bon le vent du large. Des témoignages épris de liberté qui nous invitent au voyage, en ces temps confinés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bernard Moitessier
La Longue Route, seul entre mers et ciels…

Livre navigateur 9Auteur : Bernard Moitessier.
Editeurs : Arthaud (broché) & J’ai lu (poche).
Première parution : 1971.
Présentation : Faire le tour du monde. Sans doute l’un des plus vieux rêves de l’homme. En 1968, le Sunday Times décide d’organiser la première régate en solitaire et sans escale, en doublant les trois caps : Bonne-Espérance, Leewin et Horn. Avec d’autres, Bernard Moitessier relève le défi et prend congé des siens dans le port de Plymouth. Seul entre mers et ciels, il relate dans son journal de bord ses dix mois sans toucher terre, sa vie au quotidien sur le Joshua, les dauphins, les poissons volants et les étoiles. La longue route, un chant, un poème à la mer, une grande aventure dont nous sommes les témoins directs.

Alain Colas
Un tour du monde pour une victoire

Livre navigateur 8Auteur : Alain Colas.
Editeur : Arthaud (broché).
Première parution : 1972.
Présentation : La victoire est l’absinthe versée au cœur des poètes et des coureurs de hautes mer ; Alain Colas le perçoit dès ses premières navigations en baie de Sydney. Équipier malhabile, il découvre tout de la voile. Mais six ans après sa première sortie, le jeune homme remporte, à 29 ans, la course transatlantique en solitaire (1972) où Chichester et Tabarly ont triomphé avant lui. Un tour du monde pour une victoire n’est pas seulement le récit de cet événement, c’est la naissance d’une passion, une longue quête de la mer où le lecteur retrouve la sévérité de l’Atlantique, la douceur des paysages tahitiens, l’âpreté de la régate, autant d’éléments qui confèrent à ce texte une intense profondeur humaine.