Ils menacent la vie des hommes depuis la naissance de l’humanité. Les virus, qui se sont émancipés avec l’urbanisation et la mondialisation, sont à l’origine de gigantesques pandémies. A l’heure où le COVID-19 s’émancipe de manière incontrôlable sur tous les continents de la planète, voici un point sur ces virus… qui nous empoisonnent la vie.

Peste… Quelle peste !

Virus et pandémies 1

Apparue avec l’urbanisation, la peste est présente depuis la Haute Antiquité. Elle se transmet généralement depuis le rat jusqu’à l’homme via les puces avec comme dangerosité de laisser les cadavres contagieux. C’est pourquoi durant le Moyen Âge, elle va être utilisée comme « arme biologique » en cas de conflit, des cadavres contaminés étant catapultés chez les ennemis. Parmi les nombreux épisodes qui ont ensanglanté l’histoire de l’humanité, la pandémie de peste noire apparue au XIVe siècle fait des ravages dans toute l’Asie, en Afrique du Nord mais aussi en Europe. En moins de dix ans, la France perd durant la pandémie près de 40% de sa population. La dernière épidémie de peste en France date de 1945.

Coronavirus : du SRAS au COVID-19

Découverts dans les années 1960, les coronavirus se transmettent des animaux à l’homme et sont à l’origine de plusieurs pandémies : le SRAS en 2002-2003, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient en 2012 ou l’actuel COVID-19. Découvert en décembre 2019 à Wuhan, en Chine, le COVID-19 se propage dès le mois de janvier dans le monde entier. Il passe officiellement au stade de pandémie le 11 mars 2020.

Choléra… Il est toujours là !

Virus et pandémies 2

Apparu en Asie, le choléra se propage au Moyen-Orient, en Afrique, en Russie, en Europe puis sur le continent américain et va provoquer la mort de plusieurs millions de personnes à coups de vagues successives au XIXe et XXe siècles. Les autorités sanitaires recensent ainsi sept pandémies de 1817 à 1991, dont les plus meurtrières sur notre continent restent celles de 1829-1837 et 1840-1860. Observée en réalité depuis l’Antiquité, cette maladie contagieuse due à la consommation d’aliments souillés provoque diarrhées, spasmes et déshydratation qui peuvent entraîner la mort en quelques heures. Dans certains pays, le choléra sévit toujours de nos jours.

La bonne nouvelle

Il existe en réalité tellement de virus et d’épidémies que nous ne pourrions tous les citer ici. Mais pour la bonne nouvelle, sachez que certains d’entre eux ont été définitivement éradiqués, comme la variole en 1980. Des campagnes massives de vaccination ont également permis de maîtriser certaines maladies graves, comme la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite ou la rougeole.

Fièvre jaune… Halte aux moustiques !

Virus et pandémies 3

Apparu en Afrique, le virus de la fièvre jaune trouve son origine dans la forêt équatoriale. Transmis à l’homme depuis le singe via les moustiques, il se propage insidieusement sur les continents avec le transport de commerce et le déplacement des hommes… et des moustiques. Plusieurs épisodes de fièvre jaune de grande ampleur ont ainsi été répertoriés depuis le XVIe siècle, notamment dans les cités portuaires françaises en 1802, 1861 ou 1908. Endémique à de nombreux pays d’Afrique et d’Amérique-du-Sud, la fièvre jaune a elle aussi causé la mort de plusieurs millions de personnes à travers le monde.

Un mosquito, ça pique à chaud

A l’état naturel, il est surtout actif dans les pays du Sud. Mais avec les transports, le commerce, le déplacement des personnes et les changements climatiques, il sévit désormais partout. Le petit moustique est à lui seul le vecteur de très graves maladies pour l’homme, parmi lesquelles le paludisme, la dengue, le chikungunya, le virus du Nil occidental, la fièvre de la vallée du Rift, les encéphalites et les filarioses.

Grippe espagnole… La meurtrière !

Virus et pandémies 4

Apparue durant la Première Guerre mondiale aux Etats-Unis, la grippe espagnole gagne la France et l’Angleterre en 1918 avec l’envoi des renforts alliés avant de se propager dans toute l’Europe, en Afrique, en Amérique du Sud, dans les Indes, en Chine et jusque vers l’Océanie. A l’époque, les autorités sanitaires font état de 20 à 50 millions de morts. Des analyses plus récentes démontrent que ce virus de type H1N1 aurait en réalité tué plus de 100 millions de personnes, soit 5 % de la population mondiale. Cette grippe doit son nom au fait que l’Espagne, qui ne participait pas à la guerre, était le seul pays à publier des informations réelles sur la pandémie.

J’ai pris mon rhume en grippe

La grippe espagnole n’est évidemment pas la seule à avoir semé le chaos au sein de l’humanité ces siècles derniers. Parmi les principales pandémies, la grippe russe de 1889-1890, la grippe asiatique de 1957, la grippe de Hong-Kong de 1968 ou la grippe A H1N1 de 2009. En France, on estime que la grippe cause chaque année la mort d’environ 10 000 personnes.

VIH-sida… A quand un vaccin ?

AIDS

Apparu dans le bassin du Congo dans les années 1920, le VIH (ou virus de l’immunodéficience humaine) se répand en Afrique et gagne les Etats-Unis à la fin des années 60 pour se transformer en pandémie à la fin de la décennie suivante. En détruisant les cellules du système immunitaire, le virus ouvre la voie à des maladies opportunistes qui conduisent à la mort des sujets infectés. Trois modes de contamination sont établis : de la mère à l’enfant (de la grossesse à l’allaitement), par voies sanguine ou sexuelle. Selon les estimations sanitaires et en l’absence de vaccin, le sida aura coûté la vie à plus de 90 millions de personnes en 2025.

Le cas Ebola

Apparu dans les années 1970 en République démocratique du Congo, le virus Ebola est l’un des plus dangereux et virulent rencontré par l’humanité car il est capable de tuer près d’un patient sur deux. En 2013, l’épidémie d’Ebola qui débute en Afrique de l’Ouest va rapidement se montrer incontrôlable et s’étendre jusqu’aux Etats-Unis et en Europe, notamment en Espagne, en Italie et en Royaume-Uni.

© Mister Corail / DR