De l’Aviva Stadium de Dublin au Stade olympique de Rome en passant par le Stade de France, le Tournoi des 6 nations oppose l’Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles, l’Irlande, l’Italie et la France jusqu’au 14 mars prochain. Victorieuse de tous ses matches durant les trois premières journées, la France occupe fièrement la tête du classement de cette édition 2020. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur les dessous de cette équipe emmenée par Fabien Galthié.

Charles Ollivon

Beau joueur de rugby 1

Originaire de Saint-Pée-sur-Nivelle, dans les Pyrénées-Atlantiques, Charles Ollivon est diplômé d’un BTS Management des unités commerciales. Inscrit à l’Aviron bayonnais de 2012 à 2015 puis au RC Toulon, il intègre l’équipe de France en 2014. Elu meilleur troisième ligne centre de la saison 2014-2015 du Top 14 par L’Équipe, il endosse le capitanat du XV de France pour le Tournoi des 6 nations 2020.

Beau joueur de rugby 6

Le demi d’ouverture Camille Lopez, le deuxième ligne Sébastien Vahaamahina et le pilier Jean-Baptiste Gros.

Louis Picamoles

Beau joueur de rugby 2

Né le 5 février 1986 à Paris, Louis Picamoles fait ses débuts au Montpellier HR avant de jouer pour le Stade toulousain, le club de rugby anglais Northampton Saints puis revient au Montpellier HR en 2017. Sélectionné en équipe de France depuis 2008, celui que l’on surnomme « King Louis » se démarque par ses mensurations (1,92 mètre pour 116 kilos) et sa puissance. Il occupe le poste de troisième ligne centre.

Beau joueur de rugby 7

Le centre et ailier Wesley Fofana, le pilier gauche Jefferson Poirot et le centre Pierre-Louis Barassi.

Sofiane Guitoune

Beau joueur de rugby 3

Né le 27 mars 1989 en Algérie, Sofiane Guitoune passe son enfance à Vierzon, dans le Cher, où il débute sa carrière junior. Du SU Agen à l’Union Bordeaux Bègles en passant par l’USA Perpignan, le joueur de rugby fréquente plusieurs clubs avant d’intégrer le Stade toulousain en 2016, avec lequel il remporte le championnat de France en 2019. Cette même année, Sofiane Guitoune fait une apparition remarquée dans le calendrier des Dieux du Stade.