La psychose serait-elle en train de gagner les plages paradisiaques des îles Whitsundays, en Australie ? Face à la multiplication des attaques de requins dans la région, dont certaines mortelles, des localités ont décidé d’installer des filets pour protéger les touristes du prédateur. Des pièges pour la vie marine qui font aujourd’hui polémique.

Attaque requin

Le 29 octobre dernier, le drame fait trembler le continent australien : un requin est passé à l’attaque près de la Grande barrière de corail des îles Whitsundays, un archipel situé au large des côtes du Queensland.
Les victimes : deux hommes qui batifolaient dans l’eau alors qu’ils participaient à une excursion en bateau à Hook Passage, un des nombreux sites de snorkeling prisé des touristes.

Un homme de 28 ans a le pied arraché

« Un des patients a d’abord été attaqué et il semble le requin soit revenu pour attaquer le second », expliquent alors les secours. L’un des deux hommes, un touriste anglais de 28 ans, a eu le pied droit arraché.
L’industrie touristique australienne s’inquiète. Ce sont des dizaines de millions de visiteurs venus du monde entier qui se pressent chaque année sur ces îles paradisiaques du Pacifique Sud… Et cette attaque est loin d’être la première.

Les touristes mis en garde

En janvier 2019, c’est une femme et un enfant qui avaient déjà été blessés par un requin sur l’île de Hamilton. En novembre 2018, un homme avait péri après une attaque dans le même secteur.
En tout, c’est une trentaine d’attaques qui sont recensées par le zoo Taronga de Sydney en 2018. « Ce qu’on leur explique, c’est de ne pas se baigner tôt le matin et tard l’après-midi. De ne pas se baigner dans des eaux qui ne sont pas claires et surtout ne rien jeter dans l’eau au niveau nourriture… » Voilà les touristes prévenus !

Des filets anti-requin qui font polémique

Afin d’éviter la psychose et la désertion des visiteurs, les autorités décident aujourd’hui de réagir en installant des filets pour protéger les plages du prédateur. Mais ces mesures de précaution sont loin de faire l’unanimité.
Car selon les ONG qui militent pour la protection de la faune, ces filets sont des pièges mortels pour les animaux marins. Face à une polémique qui ne fait que débuter, c’est une surveillance des requins par drones qui pourrait être envisagée.

© Mister Corail / DR