Bien qu’encore en sous-nombre face à la prédominance masculine, les femmes sont de plus en plus nombreuses à s’élancer à l’assaut des mers à bord de gigantesques voiliers. De la Route du Rhum au Tour du monde en solitaire en passant par la traversée du Pacifique Sud à contre-courant, certaines ont même clairement établi leur suprématie. Voici notre sélection des plus grandes navigatrices françaises.

Virginie Hériot
La Madame de la mer

Navigatrice française célèbre 1

Née 25 juillet 1890 au Vésinet, Virginie Hériot est la fille du propriétaire des Grands magasins du Louvre, Olympe Hériot et de Cyprienne Dubernet, riche propriétaire d’un yacht à bord duquel l’adolescente fait ses premières sorties en mer. Après avoir été mariée avec un vicomte lui aussi féru de navigation, elle fait construire plusieurs yachts de course et autres bateaux de compétition jusqu’au providentiel Aile VI, qui lui permet de remporter la médaille d’or aux Jeux Olympiques d’Amsterdam en 1928. Désignée « ambassadrice de la marine française » et surnommée « Madame de la mer », Virginie Hériot va promotionner le yachting français à coups de conférences données à travers le monde. Elle meurt le 28 août 1932 à bord de son bateau, l’Ailée II.

Isabelle Autissier
Solitaire autour du monde

Navigatrice française célèbre 2

Née le 18 octobre 1956 à Paris, Isabelle Autissier est diplômée de l’École nationale supérieure agronomique de Rennes. Enseignante et chercheuse pour le compte de l’Ifremer, elle fait partie des membres fondateurs de l’association Imoca en 1991. Cette année-là, elle participe en solitaire au BOC Challenge, qu’elle termine en septième position, ce qui fait d’elle la première femme à réussir un tour du monde en course. Autre exploit notoire en 1994, quand elle pulvérise le record à la voile entre New York et San Francisco en passant par le Cap Horn. Décorée à de multiples reprises, Isabelle Autissier est également écrivaine. Très engagée auprès d’associations caritatives, elle préside la branche française du World Wide Fund for Nature (WWF).

Florence Arthaud
La petite fiancée des Français

Navigatrice française célèbre 3

Née le 28 octobre 1957 à Boulogne-Billancourt, Florence Arthaud est victime d’un grave accident de la route en 1974. Ce qui ne l’empêche pas de s’illustrer dès la première édition de la Route du Rhum, quatre ans plus tard. Le grand public la découvre en 1986, lorsqu’elle se déroute de la Route du Rhum pour porter secours au navigateur Loïc Caradec, dont seul le bateau sera retrouvé. Parmi son palmarès, Florence Arthaud compte la Transpacifique, la Route du Rhum et le record de la traversée de l’Atlantique Nord à la voile en solitaire. Mais celle que l’on surnomme « la petite fiancée des Français » fait aussi parler d’elle pour ses addictions. En 2011, elle fait la Une après avoir chuté de son bateau en pleine nuit au large du Cap Corse. Florence Artaud disparaît dans le dramatique accident d’hélicoptère survenu lors du tournage de l’émission Dropped, le lundi 9 mars 2015 en Argentine.

Catherine Chabaud
La navigatrice engagée

Navigatrice française célèbre 4

Née le 29 novembre 1962 à Bron, Catherine Chabaud entreprend des études scientifiques puis de journalisme et va œuvrer durant de nombreuses années pour des médias dédiés à la voile, l’aventure, le développement durable et la protection de l’environnement. Lors du Vendée Globe 1996-1997, elle devient la première femme à boucler la course en solitaire et sans escale. Elle répond encore à l’appel de la Transat anglaise, la Route du Rhum ou la Solitaire du Figaro. Résolument engagée, Catherine Chabaud participe à la fondation de nombreux organismes pour la protection des océans, d’Innovations bleues à la Fondation de la mer en passant par Océan et Climat. Après avoir œuvré au sein du ministère de l’Environnement de 2016 à 2017, elle est active au Parlement européen.

Maud Fontenoy
A contre-courants

Navigatrice française célèbre 5

Née le 7 septembre 1977 à Meaux, Maud Fontenoy navigue très jeune grâce à ses parents et se passionne pour la voile à l’instar de Gérard d’Aboville, initiateur des traversées océaniques à la rame en solitaire. En 2003, elle devient ainsi la première femme à traverser l’Atlantique Nord à la rame dans le sens ouest-est. Deux ans plus tard, elle renouvelle l’exploit, mais cette fois dans le Pacifique Sud. En 2006 et 2007, elle entreprend un Tour du monde de l’hémisphère Sud semé d’embûches en traversant les quarantièmes rugissants et les cinquantièmes hurlants à contre-courant. Engagée pour la préservation des océans avec la Maud Fontenoy Fondation, la navigatrice l’est aussi idéologiquement auprès de partis politiques comme l’UMP ou des médias comme Valeurs actuelles, ce qui lui vaudra quelques polémiques, concernant notamment ses actions visant le milieu scolaire.

Navigatrices françaises

Isabelle Joschke, Anne Caseneuve, Violette Dorange, Marie Riou et Clarisse Crémer.

« La plus Française des navigatrices britanniques »

Britain's MacArthur stands at start point of Route du Rhum in BrittanyOn la considère comme « la plus Française des navigatrices britanniques ». Ellen MacArthur, qui a battu le record du tour du monde à la voile en solitaire en 2005, a été anoblie par la reine d’Angleterre avant d’être décorée de la Légion d’honneur par le président Sarkozy. C’était en 2008, lors d’une cérémonie à l’Elysée. « Je suis très fière. Cela me touche d’autant plus que je suis Anglaise. C’est un honneur immense », avait alors déclaré la navigatrice. « Les Français m’ont toujours soutenue. Jusqu’en 2005, j’étais plus connue en France qu’en Grande-Bretagne. »

© Mister Corail / DR