Du 22 au 29 octobre, Georges Brassens réinvestit son île natale, Sète, pour un festival musical et culturel qui se déroulera en grande partie sur la Place de la République, quartier dont est originaire le poète et qui fait aujourd’hui l’objet de vives tensions entre les autorités de la ville et les Sétois. Organisée par l’association Cap Brassens, cette sixième édition se veut « aérée » et « intemporelle », avec de nombreux artistes venus de Suisse et des quatre coins du pays.

Hommage José Caspel BrassensEn hommage à José Capel

« Si je le fais, c’est pour José ! » C’est la phrase qui revient le plus souvent chez nos adhérents, son sourire est encore présent dans nos mémoires, alors on continue, pour lui, pour Georges. Le festival a six ans, c’est un bel enfant qui grandit et qui commence à avoir une réputation (et pas mauvaise) », annonce Isabelle François, la présidente de l’association Cap Brassens.
José Capal, guitariste et chanteur pour les groupes Color Humano et Color Brassens, est le créateur de l’association Cap Brassens, l’instigateur du festival 22 V’là Georges et autres événements autour du poète organisés toute l’année. Il s’est éteint le 19 octobre 2017 à l’âge de 52 ans, des suites d’une longue maladie, à quelques jours seulement de l’ouverture de son festival. C’est une nouvelle édition qui se déroule aujourd’hui sans lui.

Une 6e édition sous tensions !

Salle Georges Brassens Sète

Cette sixième édition du festival intervient dans un contexte difficile entre les Sétois et leur maire, François Commeinhes. Thème de la discorde : la Salle Georges Brassens, qui trônait fièrement sur le toit des Halles de Sète, détruite par la mairie pour en faire… un parking !
A l’heure où la place de la voiture fait polémique dans une ville où la circulation est totalement saturée et face à l’incompréhension des Sétois, très attachés à cette salle qui accueillait des événements populaires, les autorités semblent hésiter sur un nouvel emplacement à trouver… Le choix du centre-ville étant fortement critiqué.
Autre épine dans le pied du maire, la Place de la République, ou se déroule en grande partie le festival, qui le reste de l’année est totalement délaissée par les autorités. Unique survivant de ce quartier autrefois vivant et animé, le traditionnel marché aux puces dominical, que les citoyens de la ville tentent, à coups de pétitions répétées, de sauver.
Si ce marché est essentiel à la survie de certains habitants dans un quartier en partie vétuste, la mairie a tout bonnement décidé, le dimanche 20 octobre, de l’annuler !

-> Consultez la pétition : « Sauvons le traditionnel marché aux puces de Sète ! »