Août 1519, Fernand de Magellan largue les amarres depuis Séville à bord de la Trinidad. La navigateur portugais, qui navigue à l’ouest vers les îles Moluques, découvre en chemin le fameux détroit qui porte depuis son nom. La première « circumnavigation » de l’histoire… que l’Espagne et le Portugal célèbrent et se disputent, 500 ans plus tard.
https://dailymotion.com/video/x7lhbxk

Qui est Fernand de Magellan ?

Magellan portrait

Il existe peu d’informations fiables sur la vie de Fernand de Magellan avant son célèbre voyage. Issu d’une famille noble du Nord du Portugal, où plusieurs localités revendiquent d’ailleurs son lieu de naissance, il serait né vers 1480 dans la région de Porto. Le navigateur aurait par la suite servi la flotte de Francisco de Almeida, vice-roi des Indes orientales portugaises, avant de s’engager pour la couronne espagnole.
On en sait en revanche beaucoup plus sur son voyage autour du monde, grâce notamment au Journal du voyage de Magellan d’Antonio Pigafetta, un des rescapés du périple, et plusieurs chroniques de l’époque témoignant de son exploit.

Contourner le Nouveau Continent par le Sud

Au mois d’août 1519, Magellan lève l’ancre de Séville à bord d’une flotte composée de 237 marins espagnols, portugais, italiens, grecs et même français répartis sur cinq navires : le San Antonio, la Concepción, le Santiago, la Victoria et la Trinidad, qu’il commande.
La flotte rejoint les îles Canaries puis le Brésil avant de prendre la direction du sud en vue de contourner le Nouveau Continent. Mais le froid provoque les premières tensions à bord des navires. Au début du mois d’avril 1520, c’est « la mutinerie de Pâques », dont les meneurs sont exécutés ou abandonnés sur les rivages de Patagonie, Magellan épargnant une quarantaine de mutins pour être en mesure de poursuivre son voyage.

Carte voyage Magellan

La découverte du détroit de Magellan

Alors que la flotte poursuit sa route vers le sud à la recherche d’un passage à l’ouest, le voyage se complique de nouveau au mois de mai quand le Santiago s’échoue et que le pilote du San Antonio se rebelle avec ses hommes, rebrousse chemin et repart vers Séville avec son chargement.
De son côté, Magellan s’engage avec ce qui lui reste d’hommes dans le fameux détroit qui porte depuis son nom et qui l’amène jusqu’à un vaste océan qu’il baptise « Pacifique », ce dernier étant particulièrement clément.
Alors que le manque de vivres et d’eau potable pose de sérieux problèmes sanitaires, Magellan atteint finalement, au mois de mars 1521, les îles Mariannes puis les Philippines, où l’équipage découvre un décor paradisiaque et peut enfin se ravitailler.