Sur le sujet sensible des déchets qui asphyxient l’océan, il n’existe à ce jour aucune étude complète sur les quantités globales de microplastiques flottant dans le monde ou de macrodéchets rejetés des plages ou des cours d’eau vers les fonds marins. Si la pollution des mers est incontestable, il s’agit en revanche de regrouper les différentes informations fournies par les autorités gouvernementales, les études scientifiques et les missions associatives, tout en gardant à l’esprit que celles-ci restent à relativiser.

Pollution maritime
Dix questions réponses pour retenir l’essentiel

1. Pollution des océans : quel chiffre ?
On estime que 20 milliards de tonnes de déchets sont déversées chaque année dans les océans.

2. Qui sont les plus gros pollueurs des océans ?
Dans le top 5 des plus gros pollueurs à l’échelle mondiale, on retrouve la Chine, l’Indonésie, les Philippines, le Vietnam et le Sri Lanka. Les pays européens, tous réunis, ne figurent qu’à la 18e place de ce triste classement.

Le saviez-vous ?
Une bouteille de plastique, une canette métallique ou un mégot jetés dans un caniveau ont toutes les chances de finir au fond de l’océan.

3. Pollution : qui sont les bons élèves ?
Parmi les pays les moins pollueurs, malgré leur accès direct à la mer, on peut féliciter l’Australie, l’Espagne, la Suède, la Norvège et Singapour.

4. D’où proviennent les déchets qui polluent les océans ?
Environ 80% des déchets marins proviennent des terres, dont la grande majorité est charriée par les cours d’eau. La part de pollution provenant des plages ou transportée depuis le littoral par les vents est en hausse constante. Les 20% restants sont attribués aux navires industriels, de pêche, de tourisme et de commerce qui larguent (parfois volontairement) leur déchets en mer, aux naufrages et aux hydrocarbures dispersées au-dessus de la mer.

Le saviez-vous ?
Une bouteille en plastique jetée à la mer mettra plus de 400 ans pour se biodégrader.

5. Quelle part de plastique dans la pollution marine ?
Ce sont plus de 12 millions de tonnes de plastique qui sont déversées chaque année dans les océans. Un chiffre en constante augmentation, la production de plastique ayant été multipliée par 20 depuis le siècle dernier et ne cessant de progresser.

6. Pourquoi le plastique est dangereux pour l’homme ?
Selon les zones, on peut observer jusqu’à 150 000 morceaux de plastiques au kilomètre carré sur les fonds marins. L’eau de mer contient ainsi beaucoup plus de particules de plastique que de plancton. Ce dernier, qui est à la base de la chaîne alimentaire, se nourrit donc de plastique.

Le saviez-vous ?
Si le plancton et la faune marine absorbent du plastique et autres produits toxiques dérivés, l’homme en retrouvera tôt ou tard des traces dans sa propre assiette.

7. Quelle est la face visible de la pollution marine ?
Selon les zones, on peut observer jusqu’à 900 000 microplastiques au kilomètre carré dans les eaux de surface. Façonnés par les courants marins, les déchets se regroupent et forment de gigantesques décharges marines. C’est ainsi que s’est formé le Septième continent, véritable vortex de déchets dans le Pacifique nord.

8. Le plastique est-il le seul impliqué dans la pollution des océans ?
Evidemment non ! Les déchets en verre, en métal, en caoutchouc, en cuir ou en tissu sont tout aussi nocifs à notre environnement marin (et terrestre bien sûr). Parmi les plus toxiques, les batteries, les appareils électroménagers, les pneus, les liquides de nettoyages, huiles et autres solvants.

Le saviez-vous ?
Une pile jetée à la mer mettra plus de 7 000 ans pour se biodégrader.

9. Pourquoi l’homme est le seul responsable de la pollution des océans ?
Au-delà de la pollution directe que nous venons d’évoquer, l’homme est également responsable du réchauffement de la planète et du dérèglement climatique. Les tempêtes, ouragans et autres tsunamis qui se multiplient à la surface de la Terre entraînent chaque année des millions de tonnes de décharges au fond des océans.

10. Quelles sont les solutions pour lutter contre la pollution des océans ?
De la convention de Londres en 1972 au Grenelle de la mer en passant par la convention Marpol, ce sont des foules de bonnes initiatives et autres pistes de solutions qui ont fleuri un peu partout sur la planète pour protéger nos océans. Aucune ne s’étant révélée efficace, il semble aujourd’hui évident que le problème doit être traité à la source, par une profonde remise en question de nos modes de production et de consommation, sans oublier la question de la traçabilité des déchets et de leur biodégradabilité.

Le saviez-vous ?
Chacun, à notre petit niveau, pouvons participer à la protection des océans : en réduisant notre consommation de plastique, en limitant notre production de déchets, en recyclant et en respectant la propreté de nos plages et de notre littoral.

Et n’oubliez pas, arrêter de consommer du plastique est le seul moyen pour contraindre les industriels à ne plus en produire !

© Mister Corail / DR

Publicités