Lundi 12 août, 15h30, un petit bateau de plaisance chavire avec six vacanciers à son bord à quelques 800 mètres de la plage de Passous, dans la Manche. Bilan : trois enfants morts noyés et trois adultes rescapés. Si une avarie de moteur semble être à l’origine du drame, une enquête a été ouverte par le parquet de Coutances.

Naufrage Manche

« On était en train de revenir sur la plage, il y avait un peu d’eau dans le bateau. Quand j’ai vu ça, j’ai appelé au secours. Puis une grosse vague nous a fait chavirer. » Encore sous le choc, la mère de famille, qui vient de perdre ses deux petites filles, raconte le naufrage.
Ce Lundi 12 août, ces vacanciers originaire d’Argentan et leurs deux enfants naviguent à quelques centaines de mètres au large de la plage de Passous, à Agon-Coutainville. Le couple, qui séjourne dans un camping de Gouville-sur-Mer, est accompagné d’une amie et de son fils.

Les vacanciers perdent le contrôle de l’embarcation

Mais vers 15h30, le petit bateau de plaisance de 5,50 m subit une panne de moteur et les vacanciers perdent le contrôle de l’embarcation. Les adultes décident alors de mettre les trois enfants à l’abri, à l’intérieur de la cabine. Depuis la plage, un témoin muni de jumelles voit le bateau chavirer et donne l’alerte.
« Quand nous sommes arrivés sur zone, on voyait juste le nez du bateau et les carreaux de la cabine », raconte le président de la SNSM Xavier de la Gorce. Les trois adultes, qui ont été éjectés de l’embarcation lors du naufrage, sont ramenés vivants sur la plage pour être pris en charge par les équipes médicales et les pompiers.

Trois enfants pris au piège à l’intérieur de la cabine

Pour les trois enfants, restés bloqués à l’intérieur de la cabine submergée, il est trop tard. Les deux sœurs âgées de 13 et 9 ans et le petit garçon de 7 ans sont en arrêt cardiaque et ne pourront être réanimés. Ils portaient des gilets de sauvetage, mais ne savaient pas nager.
Devant l’ampleur du drame, le parquet de Coutances annonce dans la foulée ouvrir une enquête pour déterminer la cause de cet incident au départ banal qui s’est soldé en naufrage mortel. Il n’y aura pas d’autopsie, indique un communiqué du procureur, le médecin légiste ayant déjà conclu à une mort par asphyxie.

Une mer agitée et des plaisanciers inexpérimentés

Quant aux causes du drame, elle semblent à l’évidence établies. « Le moteur s’est enrayé et une vague a fait chavirer la vedette, propulsant les adultes dans l’eau et piégeant les enfants à l’intérieur de la cabine. » Les secours révèlent cependant que l’inexpérience des plaisanciers a également participé à l’issue dramatique du naufrage. Le père de famille, âgé de 46 ans et propriétaire du bateau, détenait son permis depuis moins de deux mois.
Le lieu du naufrage, qui est assez proche du rivage, n’est « pas du tout accidentogène », rapporte quant à lui le maire de la commune, Christian Duterte, aux médias. Selon lui, la mer était ce jour-là trop agitée pour une petite embarcation de ce type. Une information confirmée par la Société nationale de sauvetage en mer. « Il y a toujours des drames avec la mer, mais de cette importance-là, jamais ! »

© Mister Corail / DR

Publicités