« Encore de fortes chaleurs en ce 17 août 2050, avec un soleil de plomb à peine voilé. La presque bonne nouvelle, c’est que cette canicule touche à sa fin. » Fin 2014, Évelyne Dhéliat présentait un bulletin météo futuriste qui refait surface aujourd’hui, en 2019, alors que l’Hexagone est confronté à un épisode caniculaire que nombre de spécialistes qualifient d’inédit.


Il s’agissait alors d’une campagne de sensibilisation orchestrée par l’Organisation météorologique mondiale, à l’occasion de la Cop 20. Au mois de décembre 2014, la présentatrice Évelyne Dhéliat simulait un bulletin météo dans lequel la France était confrontée à une canicule sans précédent. Une carte de Météo France dont les températures nous projetaient en 2050, mais qui ressemblent étrangement à celles observées aujourd’hui, en 2019.

Alerte météo canicule

La faute au réchauffement climatique

Pour les climatologues, le lien entre canicule et réchauffement climatique est direct. « Il faut vraiment se préparer à des canicules avec des records de températures de plus en plus élevés à mesure que le réchauffement climatique se met en place. Il y a une association entre ces vagues de chaleur et le réchauffement climatique qui, lui-même, est lié aux activités humaines », peut-on lire dans Ouest-France.
Des vagues de chaleur qui seront donc de plus en plus fréquentes, estimées à trois fois plus nombreuses dans les années à venir et qui pourraient intervenir dès le mois de mai pour se prolonger jusqu’en octobre. Un scénario catastrophe annoncé de longue date par les scientifiques, pour qui les températures relevées ces 20 dernières années n’ont jamais été aussi élevées.

Danger canicule sport

« Les décès liés à la canicule vont bondir de 257 % »

Entre réchauffement climatique, émissions de gaz à effet de serre, pollution et hausse constante des populations, on peut se demander si la fin du monde est toujours annoncée pour « demain ». Selon les chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medecine, le nombre de décès annuels causés par les canicules « devrait bondir de 257 % d’ici le milieu du siècle ».
Eruptions cutanées, œdèmes, crampes musculaires, insolations, syncopes, les maladies liées aux canicules vont se multiplier. Les spécialistes distinguent toutefois deux populations à risques : les personnes âgées, victimes de vagues de chaleur dites « environnementales » ou « exceptionnelles », et les jeunes, victimes de coups de chaleur dit « d’exercice », qui surviennent généralement lors d’efforts physiques.

Pollution ville canicule

Le non-respect des normes de qualité de l’air

En ce mois de juin, la situation est particulièrement préoccupante dans les grandes métropoles. Et comme chaque année, la ville de Lyon se classe bonne première en matière de records de températures. Dans le quartier de la Part-Dieu, les habitants suffoquent. « Plus de 30 degrés à 22 heures, le corps ne refroidit pas, même la nuit et c’est impossible de dormir », rapporte Vincent, un de nos lecteurs qui vit et travaille dans le troisième arrondissement de la ville.
En causes, une très forte concentration d’immeubles et de béton, une intense activité humaine, commerciale et industrielle, mais surtout une très mauvaise gestion des seuils d’alerte de la part des pouvoirs publics. La France, renvoyée devant la Cour de justice de l’Union européenne pour non-respect des normes de qualité de l’air, déplore chaque année environ 50 000 personnes décédées prématurément à cause de la pollution.

Canicule : les bons réflexes !

– Boire régulièrement de l’eau (sans attendre d’avoir soif).
– Se rafraîchir le corps plusieurs fois par jour.
– Se nourrir en quantité suffisante et ne pas boire d’alcool.
– Éviter de sortir aux heures les plus chaudes et fréquenter des lieux frais.
– Éviter les efforts physiques.
– Fermer votre logement la journée pour le rouvrir à la fraîcheur de la nuit.
– Prendre régulièrement des nouvelles de vos proches et consulter les bulletins météo.

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités