Cette année encore, les Nations Unies ont profité de la Journée mondiale des océans pour tirer la sonnette d’alarme sur la santé de nos espaces marins. Car avec 13 millions de tonnes de plastique déversées en mer chaque année – provoquant au passage la mort d’un million d’oiseaux et de 100 000 animaux marins – il est à prévoir qu’à l’horizon 2050, nos océans contiendront plus de plastique que de poissons.

Pollution marine

Quand les industriels vident nos océans

Les premiers responsables sont rapidement désignés. La pêche industrielle, qui représente seulement 1% des bateaux, prélève 50% des poissons pêchés. Des bateaux usines qui menacent autant le secteur de la pêche et ses emplois que l’environnement marin. Chaque année, 27 millions de tonnes de poissons pêchés sont rejetés morts à la mer… car ils ne correspondent pas aux attentes du marché.

Les plus gros pollueurs de la planète

En 2017, la revue Environnemental Science & Technology révélait la liste des dix fleuves transporteurs de plastique qui seraient à l’origine de 90% des déchets retrouvés dans les océans. Si la grande majorité est en Asie, la palme d’or revient au fleuve Yang-Tsé, en Chine, qui charrie chaque année jusqu’à 1,5 million de tonnes de plastique dans l’océan. Côté Afrique, suivent le Niger et le Nil.

Déchets plastiques : la France pointée du doigt

Contrairement à ce qui a été largement diffusé, la France n’est pas le pays européen qui rejette le plus de déchets plastiques en Méditerranée. Elle est en revanche le plus gros producteur de déchets plastiques de la région, soit 4,5 millions de tonnes annuelles, dont 98% sont collectés (22% seulement recyclés) et 2% restant qui s’évanouissent dans la nature… et bien sûr en Méditerranée.

Méditerranée : une décharge à ciel ouvert ?

Selon WWF, c’est à Marseille, à Nice et en Corse que la concentration des déchets plastiques en mer est la plus élevée. En cause : une mauvaise gestion des déchets et des activités touristiques ou de loisirs. La pêche, l’aquaculture et le transport maritime s’ajoutent à la liste, au vu du nombre inquiétant de plastiques, filets et autres conteneurs retrouvés près de nos côtes.

Agir pour préserver nos océans

Chacun, à notre petit niveau, pouvons contribuer à la sauvegarde de nos océans. Commençons par réduire notre consommation d’eau, limiter la quantité de nos déchets plastiques ou polluants, et bien sûr recycler ! En mer ou en bord de mer, ne jetons pas nos déchets et ne dérangeons pas les espèces dans leur habitat marin. N’hésitons pas à transmettre le message et participons, entre deux bains de mer, au nettoyage des plages.

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités