Du piratage de votre compte Facebook au siphonnage de votre compte bancaire jusqu’à des crédits souscrits à votre insu, l’usurpation d’identité sonne le top départ d’une galère sans nom qui risque de s’inscrire dans la durée. Voici quelques conseils pour vous défendre et tenter au plus vite de limiter la casse !

Compte Facebook piraté conseil

Votre compte Facebook a été piraté

Voilà un phénomène qui gangrène copieusement les réseaux sociaux. Nous ne parlons pas là de faux comptes Facebook mais bien du piratage de votre propre compte. En général, l’objectif de l’usurpateur est de tenter l’escroquerie ou de nuire à votre réputation.
La première démarche est d’alerter le réseau social et de demander assistance sur le site cybermalveillance.gouv.fr. Plus laborieux, le recours en justice est également possible, mais il est rare que les réseaux sociaux soient condamnés ou parviennent à retrouver la véritable identité de l’usurpateur.
Pour éviter ce type de piratage, n’oubliez pas d’être très prudent sur les informations que vous publiez sur les réseaux sociaux et contrôlez avec vigilance les paramètres qui sécurisent votre compte, surtout si vos coordonnées bancaires y sont associées.

Usurpation d'identité porter plainte

Réunissez les preuves et portez plainte !

En cas d’usurpation d’identité, il est impératif de porter plainte rapidement. Cette démarche s’effectue en ligne sur le site pre-plainte-en-ligne.gouv.fr, qui lancera la procédure et vous indiquera la liste des justificatifs à fournir au dossier.
Le jour de votre rendez-vous, vous obtiendrez un reçu de dépôt de plainte et une copie du procès-verbal mentionnant notamment les organismes qui vous demandent remboursement et les preuves que vous aurez réunies pour prouver que votre identité a été usurpée.
Par exemple, vous recevez à votre insu des contraventions pour infractions au code de la route. Prouvez que vous n’en êtes pas l’auteur en joignant au dossier des témoignages de proches ou de votre entourage professionnel qui attestent que vous ne pouviez pas être, à l’heure et au jour J, sur le lieu incriminé. Il va de soi que les organismes qui vous demandent de rembourser sont évidemment toujours très difficiles à convaincre.

Usurpation d'identité Banque de France

Usurpation d’identité : qui contacter ?

Que des crédits aient été souscrits à votre insu ou non, contactez le site banque-france.fr pour demander un relevé de situation et vérifier que vous n’êtes pas déjà inscrit aux fichiers des chèques impayés ou des incidents de paiement des crédits aux particuliers.
Si tel est le cas, adressez à la Banque de France la liste des opérations effectuées dont vous êtes victime avec votre dépôt de plainte et vos papiers d’identité. La Banque de France devra alors informer les établissements bancaires concernés que vous êtes victime d’une usurpation d’identité.
Même combat auprès des différents organismes qui détiennent vos cartes de crédit ou vos papiers d’identité. Cela va de votre opérateur téléphonique aux cartes de fidélité en magasins. Manifestez-vous auprès de votre mairie pour empêcher qu’un extrait d’acte de naissance ne soit délivré en votre nom et demandez un relevé des points de votre permis de conduire en préfecture pour vérifier, une fois encore, que votre identité n’a pas été usurpée.

Usurpation d'identité contact conseil

Usurpation d’identité : vers qui se tourner ?

En général, les victimes s’aperçoivent trop tard que leur identité a été usurpée. Pour obtenir un soutien logistique et moral, contactez une association d’aide aux victimes via le site france-victimes.fr et faites appel, selon la gravité de l’usurpation, à un avocat. Lui seul aura les compétences et les capacités pour défendre votre cause et faire face à des organismes administratifs, bancaires ou de recouvrement, qui restent généralement sourds et sans pitié.
Consultez enfin votre contrat d’assurance. Car si par bonheur vous avez souscrit un contrat de protection juridique en plus de votre assurance auto ou habitation, vous pouvez bénéficier d’une aide juridique et financière pour accompagner vos démarches. Mais ne rêvons pas, les conséquences financières d’une usurpation d’identité sont rarement remboursées.

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités