C’était il y a quelques jours dans le port d’Elizabeth Harbour, en Afrique du Sud. Rainer Schimpf, un photographe animalier venu assister à la migration des sardines, s’est retrouvé bien malgré lui au menu d’une baleine de plusieurs mètres de long. Heureusement pour lui, l’homme n’était pas du tout au goût du rorqual.

Le port d’Elizabeth Harbour, comme nombre de zones dans cette région d’Afrique du Sud, assiste périodiquement à la migration des poissons et notamment des sardines. Un spectacle que ne louperaient pour rien au monde toute une foule d’animaux marins, des baleines aux requins en passant par des phoques, des manchots et des dauphins, attirés par un véritable festin.
L’événement attire bien sûr les hommes qui, embarqués sur leurs bateaux et munis de combinaisons de plongée, viennent se mêler à la parade. C’est le cas de Rainer Schimpf, 51 ans, photographe animalier et directeur d’un tour-opérateur local, qui vient chaque année se plonger dans les eaux du Cap-Oriental pour suivre l’événement.

« Vous n’avez pas de temps d’avoir peur dans une situation pareille »

Mais il y a quelques jours, alors qu’il était en train de filmer, ce plongeur aguerri s’est retrouvé en très mauvaise posture lorsque qu’une baleine, le prenant sans doute pour une délicieuse crevette, a entrepris de l’avaler. En un instant, l’homme s’est retrouvé coincé entre les mâchoires du gigantesque animal.
« C’est devenu noir. J’ai senti une pression sur ma hanche. Vous n’avez pas de temps d’avoir peur dans une situation pareille. Vous suivez votre instinct. Instantanément, j’ai retenu ma respiration car j’ai pensé qu’elle allait plonger pour me relâcher à un endroit plus profond dans l’océan« , raconte-t-il dans un interview retransmise dans le monde entier.

L’homme recraché tel un aliment avarié

La vidéo de l’attaque, elle aussi, a fait le tour de la planète, tellement ce type d’accident impliquant l’homme et la baleine est rarissime. Si le premier se livre impunément à des chasses meurtrières contre elle, la baleine ne trouve en revanche pas du tout l’homme à son goût. Il ne lui aura donc fallu que quelques secondes pour recracher le met avarié, permettant à Rainer Schimpf de s’en sortir indemne.
Effectivement, le plat favori de la baleine de Bryde, également appelée rorqual tropical, se compose exclusivement de petits poissons, crevettes, calmars et autres crustacés. Les défenseurs de l’animal ont donc immédiatement réagi avant que cette rencontre improbable ne se transforme en polémique : il ne s’agit pas là d’une attaque, mais d’un accident, d’une erreur d’appréciation de l’animal.
Nous voilà donc rassurés, ce n’est pas aujourd’hui que les baleines vont commencer à manger les hommes.

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités