Devenu l’un des sportifs français les plus populaires, le nageur Camille Lacourt publie aux éditions Michel Lafon « Cinquante nuances de bleu ». Un livre dans lequel le quintuple champion du monde et d’Europe nous entraîne dans les coulisses du sport de haut niveau, entre efforts surhumains et compétitions à suspense. Une autobiographie dans laquelle le beau gosse des bassins dévoile aussi ses côtés sombres, des coups bas entre nageurs rivaux aux dérives des sponsors, de la gloire facile… Et de son incontrôlable succès auprès des femmes !

Top modèle beau blond

Camille Lacourt Cinquante nuances de bleu« Je n’ai jamais parlé de cette étrange déception à personne. La mélancolie du vainqueur. Un phénomène de descente, de décompression, peut-être, comme lorsque tu remontes trop vite des profondeurs. » Fin février 2019, Camille Lacourt publie avec Jean-François Kervéan son autobiographie, Cinquante nuances de bleu, aux éditions Michel Lafon.
Dans ce livre événement, le nageur revient sur cette incroyable carrière sur laquelle il jette, pour la première fois, un regard lucide et sans concession. L’occasion rêvée de revenir sur le parcours hors norme de ce jeune Narbonnais, fils de deux parents facteurs, qui a commencé la natation à l’âge de 5 ans pour devenir, 30 ans plus tard, un champion de natation reconnu dans le monde entier.

Camille Lacourt nageur français

Camille Lacourt, un champion en or

Camille Lacourt nuSi Camille Lacourt obtient ses premières récompenses au niveau national à partir de 2005, il faut attendre 2010 pour que le nageur s’impose sur les podiums européens. Lors des championnats de Budapest, il décroche ses premières médailles d’or dans trois disciplines : 50 mètres dos, 100 mètres dos et 4X100 mètres quatre nages.
Dès lors, plus rien n’arrête l’homme dans sa course vers une notoriété internationale. Le champion voit même la vie en or en multipliant les médailles lors des championnats du monde de Shangai en 2011, Barcelone en 2013 et Kazan en 2015. L’année suivante, ce sont deux médailles d’or supplémentaires aux championnats d’Europe de Londres.
Cerise sur le gâteau et bien qu’il manque à son palmarès un titre olympique, l’homme signe la fin de sa carrière sur une ultime victoire en or aux championnats du monde de Budapest en 2017, devenant ainsi quintuple champion du monde et d’Europe.

Bel homme blond

A la Une de la presse people

Camille Lacourt presseSi Camille Lacourt intéressait jusque-là la presse nationale et sportive, sa rencontre en 2010 avec Valérie Bègue, élue Miss France deux ans plus tôt, va faire les choux gras de la presse people. En 2012, le couple donne naissance à une petite fille prénommée Jazz, dont la marraine n’est autre qu’Alexandra Rosenfeld, Miss France 2006.
Camille Lacourt et Valérie Bègue se marient officiellement le 8 août 2013, une union qui sera de courte durée puisque le couple divorce trois ans plus tard. Le nageur s’explique : « J’ai épousé Valérie un peu trop tard sans doute. Quelque chose entre nous commençait à se fissurer, sans doute nous sommes-nous mariés pour tenter de stopper cette fêlure ».
Mais ce mariage n’aura rien sauvé. L’homme affirme avoir gardé d’excellentes relations avec son ex-femme, mais avoir été « invivable, j’étais imbuvable. J’étais malheureux. Elle était malheureuse. Je m’en suis sorti, mais pas mon couple ».

Calendrier hommes nus

Idole des bassins et Dieu du stade

Camille Lacourt sexyAvec sa gueule d’ange et son physique irréprochable, Camille Lacourt est un rare sportif à se voir invité à faire le show sur la scène des plateaux télé. On le retrouve ainsi chanteur au spectacle de la troupe des Enfoirés ou danseur dans l’émission Danse avec les stars aux côtés de Hajiba Fahmy, avec qui il ne cache pas avoir entretenu des rapports plus que professionnels.
Si les publicitaires lui font les yeux doux, c’est toutefois dans la mode que l’homme semble vouloir poursuivre sa carrière. Ambassadeur de la marque ClarinsMen, Camille Lacourt devient la nouvelle égérie de Carnet de Vol. On le remarque encore comme modèle dans les sulfureux calendriers des Idoles des bassins et des Dieux du stade, ce dernier réservé habituellement aux éphèbes du rugby.

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités