La Terre entre aujourd’hui dans sa sixième grande période d’extinction d’espèces depuis sa formation, il y a 4,5 milliards d’années. La sixième, mais aussi la plus grave. C’est le constat alarmant dressé il y a quelques mois par nos scientifiques. Unique responsable : l’homme qui, armé de filets de pêche, de DCP et de harpons, décime en toute impunité les animaux marins tout en polluant massivement les océans.


La baleine bleue
Un mastodonte en danger d’extinction

Animaux marins en danger d'extinction 1

Avec ses 30 mètres de long et et ses 170 tonnes, celle que l’on appelle rorqual bleu est le plus gros animal vivant sur notre planète. Comme la plupart de ses congénères, la baleine bleue est inoffensive pour l’homme et se nourrit essentiellement de petits poissons, calmars et autres crustacés.
Avant le début du XXe siècle, la baleine bleue était très présente dans nos océans, notamment dans l’océan Atlantique qui comptait plus de 200 000 individus. Un âge d’or brutalement rompu par l’arrivée de la chasse industrielle à la baleine et plus de 40 décennies de massacres qui ont amené l’espèce au bord de l’extinction.
La surpêche n’est cependant pas l’unique responsable de la situation. La baleine bleue peut aussi être victime des attaques des orques et des chocs contre des bateaux, sans oublier des migrations perturbées par les effets du réchauffement climatique. Protégée par la communauté internationale depuis 1966, on estime qu’il resterait aujourd’hui un peu plus de 10 000 baleines bleues à travers le monde.

Le lamantin
Un brouteur marin, paisible et inoffensif

Animaux marins en danger d'extinction 2

Surnommé « vache des mers » ou « vache marine », le lamantin est un brouteur marin qui vit paisiblement dans les lagunes, les marais et autres eaux chaudes et peu profondes des zones tropicales de l’océan Atlantique. A l’état naturel, l’animal ne rencontre aucun prédateur… C’est bien sûr sans compter sur l’homme.
Interdit de chasse dans le monde entier, le lamantin figure sur la triste liste des espèces en voie de disparition depuis 1973. Plus de 40 ans plus tard, le nombre d’individus que compte l’espèce est en chute libre.
Première cause, la pollution. Herbivore inoffensif, le lamentin absorbe une grande quantité d’aliments végétaux et par là même autant de déchets plastiques et autres polluants toxiques que l’homme déverse dans les océans. Les chocs avec les bateaux à moteurs sont également une cause importante de mortalité.