Qu’on la pratique comme un sport ou comme un loisir, la pêche est en France une discipline très strictement encadrée. Du respect de l’environnement aux contraintes administratives en passant par les règles de sécurité, voici les dix commandements que le pêcheur à l’obligation d’honorer.


• La météo, tu prédiras •

En mer comme en rivière, il est impératif de s’informer sur les conditions météo avant d’envisager une partie de pêche. En mer, le temps peut changer très vite. Il est donc déconseillé de sortir lorsque le vent est annoncé de force 5 ou que la houle dépasse les 2 mètres. Mêmes précautions du côté des rivières, ou un simple orage peut transformer un gentil petit ruisseau en véritable torrent. Respectez les panneaux dressés par les barragistes !

• Vigilant, tu resteras •

En mer, un rocher affleurant peut rapidement précipiter un bateau au fond de l’eau, même par faible houle. En rivière, les barques sont des proies faciles pour les courants et les rochers, quand certains galets se révèlent aussi glissants qu’une patinoire. Le maître-mot du pêcheur reste donc la prudence, surtout lorsque celui-ci accompagne des enfants. Cela commence par un équipement adapté et des réactions contrôlées en cas de danger.

• La loi, tu observeras •

En France, la réglementation n’est pas la même selon que le propriétaire du droit de pêche est l’Etat, une association ou un particulier. Il convient donc de se renseigner au préalable sur le permis de pêche exigé et sur la nature du site, car les règles sont bien sûr différentes en rivière, sur un plan d’eau ou en mer. Dans ce véritable arsenal bien français de lois et de règlements, sachez encore que le droit diffère selon si la pêche s’effectue en bateau ou à pied.

• Les interdits, tu respecteras •

Parmi cette foule d’interdits imposées au pêcheur, citons l’interdiction de pêcher à la main, sous la glace ou à l’aide d’armes à feu, lacets et autres collets. Ajoutons l’interdiction de pêcher avec une ligne morte, à la traîne avec un bateau à moteur ou d’utiliser comme appât des espèces nuisibles ou des poissons qui n’ont pas atteint leur taille légale de capture. Il reste bien sûr strictement interdit de revendre le produit de votre pêche.

• Les dates d’ouverture, tu consulteras •

Si tous les sites de pêche ne sont pas ouverts toute l’année, c’est avant-tout pour respecter les rythmes biologiques des poissons. Les périodes de fermeture sont ainsi destinées à protéger les espèces lors de leur période de reproduction. Les truites, par exemple, fraient en hiver quand les brochets se reproduisent au printemps et au début de l’été. La pêche de ces derniers n’est donc autorisée qu’à partir du 1er mai et jusqu’au dernier dimanche de janvier.

• Le poisson, tu chériras •

A savoir, la prise de poissons est elle aussi réglementée par d’autres mesures, comme sa taille légale de capture ou le nombre de captures d’une même espèce par jour. Lorsqu’un poisson n’est pas conforme aux arrêtés et doit être remis à l’eau, il convient de prendre toutes les précautions pour lui donner le maximum de chances de survie. Il est alors conseillé de le manipuler avec délicatesse, ne pas le serrer trop fort et de lui enlever l’hameçon à l’aide d’un dégorgeoir ou d’une pince.

• La carte de pêche, tu posséderas •

Nous avons bien compris qu’en France, la pêche est strictement réglementée. Une carte de pêche est donc obligatoire pour pouvoir jeter sa ligne à l’eau. Ces cartes, qui peuvent être annuelles ou temporaires et varier selon le profil et l’âge du pêcheur, sont distribuées par les marchands d’articles de pêches, dans certains cafés et depuis peu sur internet. La carte doit bien sûr être présentée lors du contrôle d’un garde-pêche ou d’un représentant de la force publique.

• Le matériel de sécurité, tu adopteras •

En cas de chute ou autre danger, le drame peut être évité grâce à un équipement adapté. En rivière comme en mer, le gilet gonflable reste à ce jour la meilleure des sécurités. Les cannes à pêches doivent quant à elles être maniées avec dextérité, surtout en présence de lignes électriques ou en cas d’orage, car la plupart des cannes sont en fibre de carbone, un excellent conducteur d’électricité. Lors d’une chute ou face à la foudre, la canne doit bien sûr être lâchée.

• Pêcheur, jamais tu ne paniqueras •

Tomber à l’eau en tenue de pêche n’est pas dramatique si le pêcheur adopte une réaction contrôlée. Afin que l’eau ne s’engouffre trop rapidement dans la combinaison, il convient d’avoir la taille prise dans une ceinture ajustée. Inutile de pédaler, puisqu’une bulle d’air va se former au niveau des talons et vous permettra de faire la planche. Evitez encore de lutter contre le courant, qui peut aussi être votre allié pour regagner la rive.

• Le silence, tu vénéreras •

Quelle que soit l’expérience du pêcheur, le silence, la patience et la discrétion sont des qualités indispensables à la réussite d’une partie de pêche. En effet, le bon pêcheur est celui qui sait ne pas se faire remarquer, ni par les poissons, ni par les autres pêcheurs. Evitez par exemple de brancher la radio ou de rentrer trop précipitamment dans l’eau. Et n’oubliez pas qu’un poisson qui vous a vu ou entendu… est un poisson perdu !

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités