Alors qu’il faisait partie des grands favoris, le skippeur Armel Le Cléac’h chavire au large des Açores, le 6 novembre dernier, et est contraint d’abandonner la Route du Rhum à la suite de la rupture d’un flotteur sur son maxi trimaran Banque populaire IX. Retour sur le parcours hors norme d’un marin qui a pourtant dompté les plus grands courses et hérité du surnom de « chacal » des mers.

Armel Le Cléac_h chacal

Armel Le Cléac’h, l’excellence sportive

Né le 11 mai 1977 à Saint-Pol-de-Léon, dans le Finistère, Armel Le Cléac’h passe son enfance dans la Baie de Morlaix et s’adonne très vite à la voile. Il n’a que 9 ans quand il se frotte à ses premières compétitions en optimist.
Après avoir étudié au collège Sainte-Ursule de Saint-Pol, il décroche un Bac S puis enchaîne Maths Sup, un IUT Mesures physiques et la section Excellence sportive à l’INSA de Rennes.
Armel dispute sa première course en solitaire en 1997 et se classe troisième à la Solo Le Télégramme. Il devra mettra un terme à ses études afin de se consacrer au circuit professionnel.
Marié et père de deux enfants, Armel est le petit-neveu d’Hervé-Marie Le Cléac’h, un ancien évêque des îles Marquises, en Polynésie. Le marin a été nommé au grade de chevalier de la Légion d’honneur en 2017.

beau marin

Armel Le Cléac’h, l’ascension du chacal

La carrière sportive d’Armel Le Cléac’h commence véritablement en 1999, quand il devient skipper professionnel après avoir remporté le Challenge Espoir Crédit Agricole. Le siècle nouveau s’annonce sous les meilleurs auspices. Le jeune navigateur remporte la Solitaire du Figaro et le titre de champion de France de Course au large en solitaire en 2003.
L’année suivante, il excelle lors de la 7e édition de la Lorient-St Barthaux aux côtés du skipper Nicolas Troussel. Mais en 2005, il chavire à bord du trimaran ORMA Foncia lors de la Transat Jacques-Vabre. Retour en fanfare en 2010 avec la Solitaire du Figaro, la Transat AG2R et la Route du Rhum, une année de succès qui lui vaudra le surnom de « chacal ».
Au Vendée Globe 2013, Le Cléac’h bataille dur contre un autre nouveau talent de la voile, François Gabart, qui reste depuis l’un de ses principaux adversaires. Après avoir repris à Thomas Coville le record de la traversée de la mer Méditerranée en solitaire, le skipper renonce à la Route du Rhum en 2014 à la suite d’une blessure.
Nouvelle performance en 2017 quand il remporte le Vendée Globe en 74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes sur le maxi trimaran Banque populaire IX, qu’il a fait construite deux ans plus tôt. Il bat au passage le record effectué par François Gabart lors de la précédente édition.
Si l’année 2018 s’ouvre avec le Laureus World Sports Awards Action Sportsperson of the Year, Armel Le Cléac’h est contraint d’abandonner la Route du Rhum à la suite de la rupture de son flotteur bâbord, le 6 novembre dernier, alors qu’il navigue au large des Açores. Le marin aura juste le temps de déclencher sa balise de détresse avant de se réfugier à l’intérieur de la coque pour attendre les secours.