« Il y a trois sortes d’hommes », dit Platon, « les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer ». C’est donc à cette troisième catégorie d’hommes que nous nous intéressons aujourd’hui avec une liste non exhaustive des plus grands navigateurs français, qu’ils soient officiers, marins, aventuriers, skippeurs ou découvreurs.


Éric Tabarly
Le pionnier du multicoque de course au large

Navigateur français célèbre Eric TabarlyNé le 24 juillet 1931 à Nantes, Éric Tabarly découvre la voile à l’âge de 3 ans et se passionne très tôt pour les courses au large. En 1938, son père achète un vieux voilier : le fameux Pen Duick, dont le destin restera étroitement lié au navigateur.
Engagé comme officier dans la Marine nationale, Éric Tabarly remporte ses premières courses dans les années 60. Le navigateur joue un rôle notoire dans l’histoire maritime de la France en formant notamment une nouvelle génération de coureurs océaniques. En 1968, il conçoit l’un des tout premiers multicoques de course au large, le Pen Duick IV, qui fait de lui un pionnier dans le développement de ce type de bateau.
Marié à Jacqueline Chatrol et papa d’une petite fille Marie, Éric Tabarly a été décoré à de multiples reprises. Il disparaît le 13 juin 1998 en mer d’Irlande à la suite d’une chute à la mer.

Michel Desjoyeaux
Le professeur

Navigateur français célèbre Michel DesjoyeauxNé le 16 juillet 1965 à Concarneau, Michel Desjoyeaux grandit dans une famille et un milieu passionné par la navigation et les bateaux. Son père Henri Desjoyeaux a d’ailleurs participé activement à la démocratisation de la pratique de la voile en France. Le jeune navigateur se frotte très vite à la compétition, des régates d’hiver à Concarneau au Tour de France à la voile en passant par la course de l’Europe.
Surnommé « le professeur », Michel Desjoyeaux est aujourd’hui l’un des navigateurs en solitaire les plus titrés et compte plus de 25 victoires à son actif. Il est le seul marin à avoir réalisé un doublé dans le Vendée Globe en 2000-2001 puis en 2008-2009. Outre la Route du Rhum, la Transat Jacques Vabre ou le Bol d’Or Mirabaud, il remporte trois fois la Solitaire du Figaro en 1992, 1998 et 2007.
Auteur de plusieurs livres, Michel Desjoyeaux a reçu le prix du Marin de l’année à trois reprises. Nommé chevalier de la Légion d’honneur en 2005, il reçoit le Prix de l’Excellence française en 2009.

Olivier de Kersauson
Le navigateur de tous les records

Navigateur français célèbre Olivier de KersausonNé le 20 juillet 1944 à Bonnétable, dans la Sarthe, Olivier de Kersauson commence à naviguer à l’adolescence à La Trinité-sur-Mer, ou sa famille dispose d’une maison familiale. A la fin des années 60, il devient l’un des équipiers favoris d’Eric Tabarly, qu’il considère comme son maître et avec qui il navigue jusqu’en 1974.
Désormais en solitaire, le marin va établir de nombreux records, du tour du monde en solitaire en 125 jours, 19 heures, 32 minutes et 33 secondes en 1989 à la traversée de l’océan Pacifique en 4 jours, 19 heures et 31 minutes en 2005, en passant par le trophée Jules-Verne sur lequel il établit deux records, en 1997 puis en 2004.
Veuf de Caroline Piloquet-Verne en 2005, avec laquelle il a un fils Arthur, Olivier de Kersauson se marie avec une Polynésienne en 2013. Le navigateur est aussi connu pour sa carrière d’écrivain et de chroniqueur pour la radio et la télévision.

Philippe Poupon
Le solitaire du Figaro

Navigateur français célèbre Philippe PouponNé le 23 octobre 1954 à Quimper, Philippe Poupon fait lui aussi partie des équipiers d’Éric Tabarly sur Pen Duick VI dans les années 70. C’est l’un des navigateurs les plus titrés avec trois victoires au Figaro à son palmarès. En 1987, il établit le record de la traversée de l’Atlantique d’ouest en est en 7 jours, 12 heures et 49 minutes. Il remporte encore le Triangle Atlantique en 1975, la Route du Rhum en 1986 ou la Transat anglaise en 1988.
Marié avec Géraldine Danon, avec laquelle il a eu deux filles, Marion et Laura, Philippe Poupon a participé à plusieurs documentaires télévisés. Il est aussi connu pour son engagement pour la préservation de l’environnement. En 2014, à bord de son bateau Fleur Australe, il lance une expédition dont le but est de sensibiliser le public à la protection des océans.

Florence Arthaud
La petite fiancée de l’Atlantique

Navigateur français célèbre Florence ArtaudNée le 28 octobre 1957 à Boulogne-Billancourt, Florence Arthaud commence à naviguer très jeune, notamment à Antibes. En 1974, elle est victime d’un grave accident de voiture qui entraîne un coma et une paralysie. Sa convalescence, pendant laquelle elle effectue sa première traversée de l’Atlantique, prendra deux ans. Sa carrière sportive commence avec sa participation à la première édition de la Route du Rhum, une compétition qu’elle sera la première femme à remporter en 1990.
Florence Arthaud raconte une vie privée plutôt agitée, notamment avec ses différents compagnons. En 2010, l’alcool lui coûte son permis de conduire et la défection de ses sponsors. L’année suivante, elle tombe de son bateau en pleine nuit au large du Cap Corse et est récupérée trois heures plus tard en état d’hypothermie.
Surnommée « la petite fiancée de l’Atlantique », Florence Arthaud perd la vie le 9 mars 2015 dans un accident d’hélicoptère alors qu’elle participe au tournage d’une émission de téléréalité avec d’autres sportifs français.

Armel Le Cléac’h
Le chacal

Navigateur français célèbre Armel Le Cléac_hNé le 11 mai 1977 à Saint-Pol-de-Léon, dans le Finistère, Armel Le Cléac’h se lance dans la compétition en Optimist dès l’âge de 9 ans et dispute sa première course en solitaire en 1997. Après avoir remporté le Challenge Espoir Crédit Agricole en 1999, sa carrière explose. Champion de France de course au large en solitaire en 2003, il remporte à deux reprises la Solitaire du Figaro en 2003 et 2010 ainsi que la Transat AG2R en 2004 et 2010, sans oublier un titre de champion du monde IMOCA en 2008 ou la Transat anglaise en 2016.
Cerise sur le gâteau, Armel Le Cléac’h est le premier marin à terminer trois fois le Vendée Globe sur le podium. Lors de l’édition 2016-2017, il améliore même le record de l’épreuve en 74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes.
Surnommé « le chacal » et malgré son jeune âge, Armel a déjà reçu plusieurs distinctions. En 2017 , il est nommé au grade de chevalier de la Légion d’honneur et est encore élu Breton de l’année par le quotidien Le Télégramme.

François Gabart
Le petit prince de l’océan

Navigateur français célèbre François GabartNé le 23 mars 1983 à Saint-Michel-d’Entraygues, en Charente, François Gabart suit des études de haut niveau dans la section sport de l’INSA de Lyon et obtient un diplôme de génie mécanique et développement en 2007. L’année suivante, il rejoint le programme Skipper Macif et participe à la transat Jacques Vabre qu’il termine en deuxième position. C’est le début d’une carrière plus que prometteuse.
En 2013, il remporte la 7e édition du Vendée Globe en établissant un nouveau record en 78 jours, 2 heures, 16 minutes et 40 secondes. En 2014, il remporte la Route du Rhum, puis la Transat Jacques-Vabre en 2015 et signe sa première victoire en solitaire sur multicoques lors de la Transat anglaise en 2016.
François Gabart, c’est encore un record du tour du monde en solitaire en 2017, où il pulvérise le précédent record établi par Thomas Coville l’année précédente. Il est enfin le premier skipper solitaire à être passé au-dessus de la barre des 800 milles nautiques en une seule journée.

Loïck Peyron
Le petit lutin

Navigateur français célèbre Loïck PeyronNé le 1er décembre 1959 à Nantes, Loïck Peyron est issu d’une famille de marins. Son père, qui est capitaine de la marine marchande, transmet le virus de la mer à ses cinq enfants. Loïck décide de devenir navigateur à l’âge de 12 ans en assistant à la mise à l’eau du voilier de son oncle pour la Transat anglaise et réalise sa première traversée de l’Atlantique à la fin des années 70.
Aujourd’hui, celui que l’on surnomme « le petit lutin » a navigué sur presque tous les types de multicoques. Il compte à son palmarès huit trophées Clairefontaine, quatre Championnats du monde ORMA, trois Transats anglaises, deux Transats Jacques-Vabre, sans oublier la Barcelona World Race et la Route du Rhum. Loïck Peyron a encore été détenteur du Trophée Jules-Verne pendant 5 ans, qu’il a conquis en 2012 en 45 jours, 13 heures, 42 minutes et 53 secondes.
Marié et père de quatre enfants, Loïck Peyron a été nommé Chevalier puis officier de la Légion d’honneur, Chevalier de l’ordre national du Mérite, Chevalier de l’ordre du Mérite maritime et Marin de l’année en 2014.

Alain Colas
Une mystérieuse disparition

Navigateur français célèbre Alain ColasNé le 16 septembre 1943 à Clamecy, dans la Nièvre, Alain Colas décroche un baccalauréat philosophie en 1961 et s’engage dans des études littéraires. Sa passion pour le voyage le guide jusqu’en Australie, où il enseigne la littérature française à Sydney. C’est là qu’il découvre l’univers de la voile, qu’il va se mettre à pratiquer frénétiquement.
Initiateur de la construction du grand monocoque Club Méditerranée, Alain Colas est célèbre pour avoir remporté la Transat anglaise en 1972 et pour avoir battu le record du tour du monde à la voile en solitaire en 1973, le tout sur Pen Duick IV rebaptisé Manureva.
Marié avec la Tahitienne Téura Krauze et père de trois enfants, Alain Colas est encore connu pour sa disparition mystérieuse lors de la première Route du Rhum en 1978. Le 16 novembre, alors qu’il navigue aux abords des Açores, il envoie un dernier message : « Je suis dans l’œil du cyclone, il n’y a plus de ciel, tout est amalgame, il n’y a que des montagnes d’eau autour de moi ». Malgré des semaines de recherches, son épave ne sera jamais retrouvée, alimentant les plus folles rumeurs. Cet événement a inspiré Serge Gainsbourg pour la chanson Manureva, interprétée en 1979 par Alain Chamfort.

Bernard Moitessier
Le vagabond des mers du Sud

Navigateur français célèbre Bernard MoitessierNé le 10 avril 1925 au Viêtnam, Bernard Moitessier entame une carrière dans l’agriculture quand survient la Seconde Guerre mondiale. Alors que son père est fait prisonnier, Bernard arbore le drapeau français sur la façade de la maison familiale et manque d’être tué après l’arrestation de sa mère et de ses frères. Relâché en 1945, il participe aux affrontements d’après guerre en tant que matelot-interprète et monte une entreprise de cabotage à la voile.
Pour ce vagabond des mers du Sud, comme il se définit lui-même, c’est le début de multiples voyages de l’océan Atlantique au Pacifique en passant par les Antilles, la Nouvelle-Zélande et la Polynésie, où il vit une douzaine d’années et milite contre la nucléarisation du Pacifique Sud.
Bernard Moitessier tient plus de l’explorateur que du compétiteur. En 1968, il participe à la première course autour du monde en solitaire et sans escale. Alors qu’il est annoncé vainqueur, il ne franchit pas la ligne d’arrivée et vire en direction de l’océan Indien. Mort d’un cancer en 1994, le navigateur a relaté ses voyages dans de nombreux ouvrages.

Les navigateurs français célèbres

– Fabrice Amedeo (né en 1978)
– Romain Attanasio (né en 1977)
– Isabelle Autissier (née en 1956)
– Marcel Bardiaux (1910-2000)
– Jean Bart (1650-1702)
– Jérémie Beyou (né en 1976)
– Arnaud Boissières (né en 1972)
– Laurent Bourgnon (1966-2015)
– Jean-Baptiste Charles Bouvet de Lozier (1706-1786)
– Louis Burton (né en 1985)
– Franck Cammas (né en 1972)
– Loïc Caradec (1948-1986)
– Jacques Cartier (1491-1557)
– Amédée Courbet (1827-1885)
– Jacques-Yves Cousteau (1910-1997)
– Thomas Coville (né en 1968)
– Gérard d’Aboville (né en 1945)
– Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811)
– Bertrand de Broc (né en 1960)
– Samuel De Champlain (1580-1635)
– François Joseph Paul de Grasse (1722-1788)
– Tanguy de Lamotte (né en 1978)
– Jean-François De Lapérouse (1741-1788)
– Henry De Monfreid (1879-1974)
– Kito de Pavant (né en 1961)
– Sébastien Destremau (né en 1964)
– Jean-Pierre Dick (né en 1965)
– Violette Dorange (née en 2001)
– Luc Urbain du Bouëxic (1712-1790)
– René Duguay-Trouin (1673-1736)
– Abraham Duquesne (1610-1688)
– Yann Eliès (né en 1974)
– Maud Fontenoy (née en 1977)
– Pierre Garcie-Ferrande (1441-1502)
– Alain Gautier (né en 1962)
– Daniel Gilard (1949-1987)
– Marc Guillemot (né en 1959)
– Virginie Hériot (1836-1932)
– Philippe Jeantot (né en 1952)
– Sébastien Josse (né en 1975)
– Henri Jouan (1821-1907)
– Morgan Lagravière (né en 1987)
– Titouan Lamazou (né en 1955)
– Jean Le Cam (né en 1959)
– Stéphane Le Diraison (né en 1976)
– Jacques-Yves Le Toumelin (1920-2009)
– René Madec (1736-1784)
– Paul Meilhat (né en 1982)
– Philippe Monnet (né en 1959)
– Olivier Moussy (1957-1988)
– Bruno Peyron (né en 1955)
– Vincent Riou (né en 1972)
– Thomas Ruyant (né en 1981)
– Robert Surcouf (1773-1827)
– Paul Vatine (1957-1999)
– Paul-Émile Victor (1907-1995)
– François Zanella (1949-2015)

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités