De l’Atlantique au Pacifique en passant par la Manche ou la Méditerranée, la France et ses territoires d’Outre-mer comptent de nombreux phares parmi les plus beaux du monde et qui, pour la plupart, sont inscrits au titre des monuments historiques. Petit tour en bord de mer à la rencontre de ces géants de pierre qui guident depuis des siècles les navigateurs.


Le phare de l’île Vierge (Finistère)

SONY DSC

Classé au titre des monuments historiques depuis 2011, le phare de l’île Vierge est situé dans le Finistère-Nord, sur la côte bretonne. Allumé pour la première fois en 1845, c’est le phare le plus haut d’Europe. Avec ses 82,5 mètres de hauteur, ce colosse cylindrique aux pieds de granit compte 397 marches qu’il est possible de gravir après avoir rejoint l’île en bateau ou à pieds, lorsque la marée le permet.


Le phare de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques)

Les plus beaux phares 2

Fièrement dressé sur l’escarpement rocheux de la pointe Saint-Martin, le phare de Biarritz guide les navigateurs et les marins depuis 1834. Avec ses 47 mètres de haut, ce phare culmine à 75 mètres au-dessus du niveau de la mer. Composé d’une tour cylindrique posée sur un soubassement à deux niveaux, l’édifice est inscrit au titre des monuments historiques depuis 2009.


Le phare du Créac’h (Finistère)

Les plus beaux phares 3

Construit en 1863 sur l’île d’Ouessant, le phare du Créac’h se reconnaît au premier coup d’œil grâce à ses bandes horizontales peintes en noir et blanc. Haut de 55 mètres, ce phare de grand atterrissage qui s’ouvre sur la Manche fait la fierté des Bretons puisqu’il est tout simplement le plus puissant d’Europe. Son unique concurrent est le phare du cap Saint-Vincent, situé au Portugal.


Le phare de Cordouan (Gironde)

Les plus beaux phares 4

A l’embouchure de l’estuaire de la Gironde, sur la façade atlantique, le phare de Cordouan est le gardien d’une circulation maritime historiquement dangereuse dans cette zone. Il est le plus vieux des phares de France encore en activité, ce qui lui vaut le surnom de « roi des phares » ou « phare des rois ». Avec ses 327 marches et ses 68 mètres de hauteur, c’est le troisième phare le plus haut du pays.


Le phare de Ploumanac’h (Côtes-d’Armor)

Les plus beaux phares 5

A l’entrée de la passe menant au port de Ploumanac’h, un somptueux phare ne passe pas inaperçu. Bâti en granit rose, il émet la nuit un feu rouge à occultations avec un secteur blanc. Détruit durant la Seconde Guerre mondiale, le phare de Ploumanac’h a été reconstruit en 1946. Haut de 15 mètres, il offre une vue imprenable sur la mer mais aussi sur le château de Costaérès, l’île Renote ou l’archipel des Sept-Îles.


Le phare des Baleines (Île de Ré)

Les plus beaux phares 6

Construit en 1849, le phare des baleines est le gardien de la pointe ouest de l’île de Ré, en Charente-Maritime. Haut de 57 mètres, ce phare doit son nom au nombreuses baleines qui venaient s’échouer jadis à cet endroit. Classé au titre des monuments historiques, ce phare est aussi apprécié des passionnés de mer pour son architecture intérieure et son musée consacré aux baleines et aux phares.


Le phare du Cap-Ferret (Gironde)

Les plus beaux phares 7

Entre océan Atlantique et bassin d’Arcachon, le phare du Cap-Ferret est construit une première fois en 1840 puis une seconde en 1847 après le passage dévastateur des troupes allemandes. Haut de 52 mètres, ce phare se reconnaît à sa tour cylindrique de couleur blanche à ses pieds et rouge au sommet. A l’intérieur, un escalier de 258 marches débouche sur un panorama unique sur l’océan et la région.


Le phare de la Pointe Vénus (Tahiti)

Les plus beaux phares 8

Bordé par la baie de Matavai, au nord de l’île de Tahiti, le phare de la Pointe Vénus nous ramène au temps du débarquement des explorateurs comme Wallis ou Bougainville. Cette tour carrée de 32 mètres, qui sert autant à la navigation maritime qu’aérienne, a survécu à la Seconde Guerre mondiale grâce aux Polynésiens… qui l’avaient camouflé en le peignant de cocotiers !


Le phare de Gatteville (Manche)

Les plus beaux phares 9

Avec ses 75 mètres de hauteur, le phare de Gatteville, également appelé Gatteville-Barfleur, est le deuxième phare le plus haut d’Europe. Edifié en raison des nombreux naufrages qui se sont déroulés au large de la pointe de Barfleur, ce phare a la particularité de comporter autant de marches que de jours dans l’année, autant de fenêtres que de semaines et autant de niveaux que de mois.


Le phare de Senetosa (Corse-du-Sud)

Les plus beaux phares 10

Construit à la fin du XIXe siècle, le phare de Senetosa se démarque par son architecture atypique pour ce type de monument. Le bâtiment central est en effet ceinturé par deux tours cylindriques, l’une projetant un feu blanc à éclats, l’autre signalisant les zones marines à risques comme la pointe de Latoniccia ou les écueils des Moines. Ce phare est une étape très prisée par les randonneurs.


Le phare du Môle Saint-Louis (Hérault)

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

A l’entrée du chenal de Sète, le phare Saint-Louis veille depuis le XVIIe siècle sur la Venise du Languedoc. Détruit durant la Seconde Guerre mondiale puis reconstruit en 1948, ce phare de 26 mètres de hauteur offre à son sommet une vue panoramique sur la ville, ses ports et la Méditerranée. Un bâtiment emblématique qui reste aujourd’hui toujours salué au passage des marins et des pêcheurs.


Le phare de Bodic (Côtes-d’Armor)

Les plus beaux phares 12

Bien que ce phare aux allures de cathédrale s’élève à une cinquantaine de mètres au-dessus du niveau de la mer, il est bel et bien construit en plein champ, sur la commune de Lézardrieux. Cet édifice de pierres lisses est signé par les architectes Condemine et Grattesat en 1947. Le phare initial, qui date du siècle précédent, a lui aussi été détruit par les Allemands.


Le phare de Contis (Landes)

Les plus beaux phares 13

Avec son motif à spirales, le phare de Contis, station balnéaire des Landes, ne passe pas inaperçu. Si ce phare trouve ses origines aux XVIIIe siècle, cet accoutrement date de 1937, quand on l’orne de bandes noires afin qu’il puisse guider les navigateurs de jour. Il n’est d’ailleurs pas le seul à porter cette marque d’origine américaine… En France, le phare du plateau du Four, en Loire-Atlantique, s’inspire du même style.


Le phare du cap Fréhel (Côtes-d’Armor)

Les plus beaux phares 14

L’histoire du phare du cap Fréhel commence sous Vauban, qui en est l’instigateur à la fin du XVIIe siècle. Depuis, le phare a été reconstruit deux fois. Lui aussi n’a pas survécu à l’occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale. A quelques 70 mètres au-dessus du niveau de la mer, le phare du cap Fréhel guide les navigateurs dans le passage de la baie de Saint-Brieuc vers la rade de Saint-Malo.


Le phare du Bout du monde (Charente-Maritime)

Les plus beaux phares 15

Réplique exacte du phare éponyme situé en Patagonie (à 12 780 km près), le phare du Bout du monde est situé face à la pointe des Minimes, sur La Rochelle. Fabriqué en bois, ce phare a la particularité de projeter en mer un faisceau lumineux d’une portée de 27 km sur un angle de 93°. Inauguré en janvier 2000, il symbolise l’entente franco-argentine et est devenu une véritable attraction touristique pour la région.

D’autres phares français d’exception…

– Le phare de l’île Louët (Finistère)
– Le phare des Roches-Douvres (Manche)
– Le Phare d’Ar-men (Finistère)
– Le phare Amédée (Nouvelle-Calédonie)
– Le phare de l’Espiguette (Gard)
– Le phare de Roscoff (Finistère)
– Le phare des Lavezzi (Corse-du-Sud)
– Le phare de Saint-Mathieu (Finistère)
– Le phare du Risban (Nord)
– Le phare de Bel-Air (La Réunion)
– Le phare de la Jument (Finistère)
– Le phare de La Gacholle (Bouches-du-Rhône)
– Le phare de la Vieille (Finistère)

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités