A bord d’un navire, le matériel de sécurité obligatoire dépend de la distance d’éloignement d’un abri, jusqu’à 2 milles ou jusqu’à 6 milles. Ce matériel est soumis à des visites techniques afin d’assurer son bon fonctionnement en cas d’urgence. Lorsque le moteur tombe en panne, il est impératif de mouiller l’ancre avant de tenter tout dépannage ou d’appeler les secours.

Matériel de sécurité obligatoire à bord

Le matériel de sécurité jusqu’à 2 milles d’un abri

Sécurité en mer– L’équipement individuel de flottabilité par personne embarquée.
– Un dispositif de lutte contre l’incendie, à poudre ou à mousse.
– Un moyen de repérage lumineux.
– Un dispositif d’assèchement fixe ou mobile.
– Un moyen de remonter une personne naufragée.
– Un dispositif coupant le moteur en cas d’éjection du pilote.
– Une ancre flottante ou une ligne de mouillage (ancre, chaîne ou câblot).
– Un dispositif de remorquage.
– Le pavillon national.
– Du matériel pour le petit dépannage.

Trois types de gilets de sécurité

– Le gilet à gonflage buccal.
– Le gilet à déclenchement hydrostatique.
– Le gilet à cartouche de sel.

Matériel de sécurité obligatoire

Le matériel de sécurité jusqu’à 6 milles d’un abri

Guide sécurité mer– Le matériel de sécurité basique (jusqu’à 2 milles d’un abri).
– La carte de navigation.
– Un moyen de signalisation sonore (klaxon ou corne de brume).
– Un compas magnétique.
– 3 feux rouges automatiques à main.
– Un miroir de signalisation.
– Un dispositif de repérage et d’assistance d’une personne naufragée.
– Un document de synthèse.
– Des extraits du RIPAM (Règlement international pour prévenir les abordages en mer.

Quelles pièces administratives détenir à bord ?

– Le permis de conduire plaisance option côtière ou eaux intérieures.
– Le titre de navigation sur lequel figure l’immatriculation du navire.
– L’acte de francisation quand le bateau est équipé d’un moteur de 22 CV fiscaux et plus, dépasse 7 mètres de long ou navigue hors de la zone CEE.
– Le manuel du propriétaire pour les navires marqués CE.
– Le contrat de location ou l’attestation du propriétaire en cas de prêt.
– Le navire doit aussi être identifiable grâce au marquage CE, une immatriculation et une plaque signalétique.

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités