Elle nous a quittés brutalement dans la nuit du 29 au 30 avril dernier. Comme France Gall, ce départ inattendu suscite la surprise et l’incompréhension. Rose Laurens, chanteuse emblématique des années 80, nous laisse seul avec son tube éternel, Africa. Portrait d’une femme que le destin n’a pas épargnée.


Portrait Rose LaurensNée le 4 mars 1953 à Paris, Rose Podwojny baigne dès sa plus tendre enfance dans la chanson. Son grand-père, qui est polonais, compose de la musique pour des films muets. Ses parents, quant à eux, emmènent régulièrement la petite fille assister à des concerts à l’Olympia.
C’est donc tout logiquement que Rose remporte son premier concours de chant à l’âge de 8 ans. Elle raconte plus tard qu’avec les 30 francs offerts en récompense, elle s’achète une jolie poupée Barbie ! La jeune fille poursuit cependant ses études et intègre l’Institut national des langues et civilisations orientales après avoir décroché son baccalauréat.

Les années 1970 : des débuts difficiles

Sa carrière dans la musique débute véritablement en 1972 lorsque Rose intègre le groupe de rock progressif Sandrose, dont elle devient la chanteuse officielle. Cette collaboration va être de courte durée puisque Rose quitte le groupe l’année suivante après un album et quelques concerts.
La chanteuse prend alors le pseudonyme de Rose Merryl et se lance en solo. Mais le succès n’est pas encore au rendez-vous. Il faut attendre 1977 et sa rencontre avec le compositeur Jean-Pierre Goussaud, dont elle tombe amoureuse, pour que la célébrité pointe le bout de son nez avec la chanson Survivre en 1979.

Rose Laurens hommage

Les années 1980 : la consécration !

Les années 1980 débutent donc sous les meilleures auspices. Rose est tout d’abord choisie par Robert Hossein pour interpréter le rôle de Fantine dans la comédie musicale Les Misérables, de Victor Hugo. La chanson J’avais rêvé d’une autre vie est un succès et sera par la suite plusieurs fois reprises.
En 1982, c’est la consécration. En binôme avec Jean-Pierre Goussaud, Rose Laurens sort l’album Déraisonnable dont le premier extrait, Africa, rencontre un succès immédiat et durable. Les chiffres de ventes sont vertigineux : plus d’un million d’exemplaires s’écoulent en France ! La chanson, certifiée disque de platine, fera un carton de l’Europe occidentale aux pays scandinaves en passant par l’Océanie et le Québec.