La sombre disparition, cet été, du chanteur Zelimkhan Bakaev, relance la polémique internationale qui concerne l’extermination des homosexuels en Tchétchénie. Alors que les autorités du pays s’enlisent dans les dénégations, la mobilisation s’intensifie pour savoir ce qui est vraiment arrivé au jeune homme.

Retour sur les faits ! Le 17 août dernier, la maman de Zelimkhan Bakaev signale à la police de Grozny la disparition de son fils. A 26 ans, le jeune chanteur vient de rentrer de Moscou pour assister au mariage de sa sœur. Mais depuis son arrivée, aucune nouvelle ! Son téléphone est éteint, son compte Instagram est fermé. Seul un message furtif via Whatsapp indique que le jeune homme serait reparti à l’étranger.
A l’heure où les exactions commises contre la population homosexuelle en Tchétchénie s’étalent sur la scène internationale, cette disparition fait débat. Où est donc passé Zelimkhan Bakaev ! Est-il présumé mort ? A la fin du mois de septembre, le jeune homme apparaît sur une vidéo YouTube publiée par la télévision d’État, dans laquelle il indique qu’il serait en Allemagne.

« Dix heures plus tard, il était assassiné ! »

Pour les proches de Zelimkhan, cette vidéo est une mascarade. Le jeune homme apparaît amaigri, les traits cernés et il ne s’exprime pas comme d’habitude. Pour le gouvernement tchétchène en revanche, Bakaev est vivant… Il a simplement quitté le pays et devrait réapparaître « après un certain temps ». Les défenseurs des droits de l’Homme s’en mêlent, tout comme ceux des droits LGTB.
« Nous avons reçu la confirmation qu’il était détenu par les autorités tchétchènes pour soupçon d’homosexualité », indique alors Igor Kochetkov, président du LGBT Russian Network. « Il est arrivé à Grozny et il a été attrapé par la police dans les trois heures. Dix heures plus tard, il était assassiné », renchérit le site américain NewNowNext. Cela ne fait plus aucun doute, la vidéo est une mise en scène et Zelimkhan n’a jamais quitté le territoire tchétchène.

Chanteur russe     Tchetchenie Gay

Zelimkhan Bakaev : le visage des persécutions homophobes en Tchétchénie

De New York à Moscou en passant par Paris, la même question se pose : Zelimkhan Bakaev est-il encore en vie ? Les réseaux sociaux s’emparent de l’affaire avec le hashtag #BringBakaevBack. Les persécutions homophobes qui se déroulent en Tchétchénie échauffent les esprits et déclenchent une foule de pétitions exigeant que lumière et justice soient faites sur cette sombre disparition.
Malgré la pression de la communauté internationale, l’enquête s’enlise devant le manque de collaboration des autorités tchétchènes. Mais en attendant que Zelimkhan réapparaisse « après un certain temps », les langues commencent à se délier : au péril de leur vie, des homosexuels victimes de tortures commencent à porter plainte et à témoigner à visage découvert.

© Miss & Mister Corail / Zelimkhan Bakaev / DR

Publicités