Présenté en demi-finale de cette Saison 6, le groupe Station Echo n’a pas manqué de créer la sensation auprès du public de Miss & Mister Corail. Actuellement en tournée à travers toute la France avec son premier album Control Voltage, ce nouveau duo de musique synthétique électronique a accepté de nous dévoiler ses nombreux projets, avec notamment la préparation d’un nouvel album pour la fin de l’année.


– Les meilleurs candidats de cette saison se sont affrontés sur des musiques de Station Echo, comment les avez-vous jugés ?
Station Echo : Nous avons essayé de les départager sur leur approche artistique du morceau plus que sur la performance vocale.
Nous fonctionnons beaucoup nous-même à la sensibilité et à l’instinct lorsque nous composons, de fait, c’est ce point de vue que nous avons voulu privilégier pour juger les candidats.
Sur un morceau particulièrement difficile, ils ont réussi à poser un univers propre à eux. Ils avaient une histoire à raconter, ce n’est jamais facile, encore moins sur un exercice imposé. Encore une fois, bravo à eux !

– Quelle est la jeune histoire du groupe ?
Station Echo est né fin 2011 de la réunion de deux musiciens orphelins de leur formation musicale initiale. Chacun sevré contre son gré de projets qui les ont occupés pendant plus de dix ans. Faire de la musique c’est comme être en couple, la séparation est dure, compliquée, faite de remise en question et de doutes. Nous nous connaissons depuis des années. L’envie de démarrer un nouveau projet artistique aux influences électroniques clairement affirmées s’imposait à nous comme une évidence.

– Comment est né ce premier album Control Voltage ?
Pendant plus d’un an, le groupe a tâtonné en composant, se cherchant une identité musicale. Beaucoup de travail à construire puis déconstruire pour trouver la ligne directrice du projet. Et puis, un morceau est arrivé et tout s’est imposé comme une évidence.
A partir de là, il nous a été beaucoup plus facile de composer un premier album, vous savez, comme lorsque l’on compose un puzzle : vous savez que vous avez toutes les pièces, mais vous n’arrivez pas à les agencer, ne sachant pas le tableau que vous allez découvrir derrière. Soudain, vous placez celle qui donne un sens à l’ensemble et là les choses s’accélèrent et vous êtes alors rempli de certitudes.
Control Voltage est notre puzzle, dont certaines pièces étaient peut-être enfouies depuis des années en nous. Je peux dire à titre personnel que certains morceaux de cet album sont des morceaux que j’ai toujours rêvé de faire depuis que je fais de la musique.

“Control Voltage fait référence aux limites de l’humain
à percevoir son point de rupture intérieur”

– Quelles sont vos influences musicales et quels thèmes abordez-vous ?
Il est toujours délicat de rapporter son propre projet musical à ses influences. C’est un exercice qui peut trop influencer les gens. En général, nous préférons laisser le champ libre à toute interprétation. A ce petit jeu, nous avons parfois des rapprochements assez surprenants et qui nous font sourire. Nous préférons aborder les choses en clamant notre amour pour tous les styles, tout en revendiquant notre dévotion pour des icônes telles que David Bowie, Queen, ou encore Pink Floyd. Autrement dit, des artistes qui se sont toujours remis en question et qui ont toujours repoussé les barrières. Control Voltage dépeint une vision plutôt pessimiste des rapports humains dans leur globalité en mettant en exergue leur complexité aux travers de thèmes tels que la rupture sentimentale, la peur de vieillir, la colère assouvie, l’exploitation de masse ou encore l’homosexualité que nous traitons ici comme une revendication nécessaire.
Le titre de l’album, Control Voltage fait référence aux limites de l’humain à percevoir son point de rupture intérieur. Le voltage est une mesure de tension, la tension étant ce qui résulte d’une situation où l’individu craint pour son intégrité physique ou mentale. Control Voltage montre que, parfois, cette tension lâche et se projette vers autrui comme l’effet d’une balle de revolver.

– Vous avez déjà produit de nombreux concerts. Quel est votre public ?
Nous apprenons à connaître ce public qui est pour le moment assez hétéroclite. Cependant, nous constatons que nos morceaux semblent toucher plus sensiblement les trentenaires. Peut-être faut-il avoir déjà un peu vécu et souffert pour comprendre la portée de notre oeuvre.

– Après la sortie de l’album et des premiers singles, quels sont vos projets ?
Actuellement, nous travaillons à l’élaboration d’un deuxième clip avec notre ami Rémy Boudet qui accompagnera la sortie du single Guilty (celui-là même qui a été détourné par les candidats de Corail). Nous commençons à travailler sur un deuxième album, quelques nouveaux morceaux sont en travaux, que nous espérons d’ailleurs intégrer rapidement dans notre set de concert. L’idéal pour nous serait de sortir de nouvel album d’ici la fin de l’année 2015.

Control Voltage

Station Echo est un duo de musique synthétique électronique. Toutes les chansons sont écrites et composées par Station Echo. Bâtis sur des basses rythmiques jouées et programmées sur des Moogs tout droit sortis des années 80, les morceaux intègrent des parties guitares pour donner du relief et de la profondeur à certaines mélodies. L’univers mélancolique et « dark » souhaité par le groupe dépeint une vision plutôt pessimiste des rapports humains aux travers de thèmes tels que la rupture sentimentale, la peur de vieillir, la colère assouvie ou encore les addictions diverses qu’un homme peut rencontrer dans sa vie.

En savoir plus sur Station Echo : www.stationecho.com / www.facebook.com/stationecho.

© Miss & Mister Corail / Station Echo

Publicités