Le langage des fleurs les associent au luxe et à la volupté. Longtemps réservées à un public de privilégiés, les orchidées sont aujourd’hui accessibles à tous. Forte de quelque 22 000 espèces, cette famille est même considérée comme la plus riche et la plus variée du monde végétal. Mais quelle variété choisir et comment l’entretenir ? Voici notre sélection et nos conseils d’entretien.

Angraecum, une orchidée aux mensurations très généreuses

Orchidée 1Originaire d’Afrique australe, l’angraecum atteint généralement 90 cm de hauteur. Elle se distingue par un feuillage pouvant atteindre 50 cm de longueur et des fleurs blanches d’environ 20 cm de diamètre, qui dégagent un doux parfum durant la nuit. Elle fleurit de l’automne jusqu’au printemps. Cette variété d’orchidée est très sensible à la sécheresse et aux courants d’air. Elle peut être exposée en pleine lumière et doit être arrosée régulièrement. La plante étant très friande d’humidité, il est possible de la vaporiser. L’ajout d’engrais liquide riche en phosphore et en potassium est conseillé au printemps et durant l’été. Son rempotage est à prévoir tous les trois ans, de préférence au printemps.


Ascocentrum, l’orchidée miniature

Orchidée 2Originaire d’Asie, cette petite orchidée qui dépasse rarement 15 cm de haut, se distingue par un feuillage rubané d’environ 10 cm de long et de nombreuses grappes de fleurs aux couleurs vives qui éclosent au début de l’été. L’ascocentrum supporte très bien le plein soleil et est très friand d’humidité. Il est conseillé de la vaporiser quotidiennement et de l’arroser jusqu’à deux fois par semaine, surtout durant l’été. Cette orchidée est assez sensible aux nuisibles, aux maladies et ne supporte pas les chutes brutales de températures, les courants d’air et la poussière. Lorsque les journées sont courtes, il est recommandé de faire bénéficier l’ascocentrum d’un éclairage artificiel.


Berceau-de-Vénus, l’orchidée-tulipe

Orchidée 3Originaire d’Amérique du Sud, le berceau-de-Vénus est surnommé l’orchidée-tulipe en raison de son pseudobulbe de forme conique. Il se distingue par un feuillage pouvant atteindre 80 cm de long et des fleurs odorantes d’environ 10 cm de diamètre dont la floraison intervient au printemps jusqu’au début de l’été. L’emplacement idéal pour cette orchidée est près d’une fenêtre exposée à l’est, sans contact direct avec les rayons du soleil. Le berceau-de-Vénus demande peu d’arrosage : une fois par semaine en période de croissance contre une fois tous les 15 jours le reste de l’année. La plante apprécie d’être sortie en extérieur au mois de mai et jusqu’à la fin de l’été.


Bifrénaria, l’orchidée du débutant

Orchidée 4Originaire d’Amérique du Sud, le bifrénaria est une orchidée réputée facile d’entretien et convient aux amateurs de plantes fleuries qui ont peu de temps à leur consacrer. Il se distingue par un feuillage solitaire d’environ 30 cm de long et des fleurs printanières très parfumées. Le bifrénaria apprécie le plein soleil et l’humidité. Il est important de l’arroser une à deux fois par semaine et de le vaporiser régulièrement, sauf durant la période de floraison où il est préférable de disposer le pot sur une soucoupe d’eau remplie de billes d’argile. Pour obtenir une nouvelle floraison l’année suivante, la plante a besoin d’une période de repos hivernal dans un environnement frais et sec.


Brassia, l’orchidée-araignée

Orchidée 5Originaire des altitudes humides d’Amérique du Sud, le brassia se distingue par des feuilles d’environ 30 cm de long et des fleurs vertes ou jaunes dont la forme évoque une araignée. Cette orchidée a besoin d’une très grande luminosité en étant toutefois protégée des rayons directs du soleil. Il est nécessaire de l’arroser jusqu’à deux fois par semaine et de la vaporiser régulièrement avec une eau non calcaire, tout au long de l’année. L’apport d’engrais liquide pour orchidées est également conseillé au printemps et jusqu’à la fin de l’été. Le rempotage est à prévoir tous les deux ans, si possible au printemps. Il est tout à fait possible de le cultiver en suspension.


Bulbophyllum, l’orchidée en suspension

Orchidée 6Originaire des zones tropicales, le bulbophyllum se caractérise par un feuillage coriace et des fleurs solitaires en forme d’épi. Il est principalement cultivé en suspension. Cette orchidée supporte aisément le soleil direct et une atmosphère humide tout au long de l’année. L’arrosage et la vaporisation doivent être réguliers durant l’été mais plus contrôlés en hiver. La multiplication du bulbophyllum s’effectue en séparant les pseudo-bulbes lors du rempotage, qui intervient tous les 3 ans environ après la floraison. Cette orchidée doit être manipulée avec précaution car ses racines sont fragiles. La plante peut être fortifiée avec de l’engrais pour orchidée, dilué ou vaporisé, une fois tous les 15 jours en été.


Cattléya, la reine des orchidées

Orchidée 7Originaire d’Amérique centrale, le cattléya est une orchidée épiphyte qui à l’état naturel pousse sur des arbres ou des rochers. Elle est appréciée pour sa floraison abondante qui intervient tout au long de l’année. Cette orchidée aime modérément le soleil et doit être installée près d’une fenêtre exposée à l’ouest. L’arrosage est nécessaire dès que le substrat commence à sécher. La plante adore l’humidité et peut être vaporisée régulièrement avec de l’eau non calcaire. Pour favoriser la floraison, le cattléya apprécie les différences de température entre le jour et la nuit, il faut éviter de l’exposer à une lumière artificielle. La plante est sensible à la pourriture, engendrée généralement par un excès d’eau.


Cymbidium, l’orchidée des ancêtres

Orchidée 8Originaire d’Asie et d’Australie, le cymbidium est apprécié pour sa floraison en épis qui débute en hiver pour se poursuivre au printemps. La plante apprécie le plein soleil, qui peut être remplacé par un éclairage artificiel. Contrairement aux autres orchidées, le cymbidium n’a pas besoin de beaucoup d’humidité, un arrosage hebdomadaire suffit. Pour que la plante s’épanouisse, la température idéale est de 18 à 20 degrés pendant la floraison. Il est conseillé de sortir le cymbidium en été pour qu’il profite des écarts de température entre le jour et la nuit. L’ajout d’engrais liquide pour orchidées est également possible au printemps et en été. Attention, le cymbidium est très sensible aux courants d’air froid.


Dendrobium, l’orchidée d’altitude

Orchidée 9Le dendrobium représente un genre très diversifié d’orchidées originaires de la région Asie-Pacifique. Selon les variétés, le dendrobium peut donc offrir des fleurs et des feuilles de formes et de couleurs très variables. Leur point commun est un besoin de grande luminosité, qui peut se traduire en hiver par un éclairage artificiel. En revanche, la plante ne doit pas être exposée aux rayons directs du soleil. La dendrobium a également besoin d’une bonne aération car ses racines sont sensibles à l’excès d’eau et à la pourriture. L’arrosage doit être modéré : 1 à 2 fois par semaine en été contre une fois tous les 15 jours en hiver. Cette orchidée n’étant pas très stable, elle est généralement cultivée en suspension.


Odonto, l’orchidée endentée

Orchidée 10Originaire de la cordillère des Andes, l’odonto est une orchidée reconnaissable à ses fleurs qui se prolongent en forme de dents. Si la floraison est inodore, elle peut en revanche intervenir à tout moment de l’année. Cette orchidée a la particularité de développer plusieurs hampes simultanément : en conserver une seule permet de renforcer l’ensemble de la plante. L’odonto nécessite beaucoup de luminosité et peut être exposé en plein soleil, sauf en été. L’arrosage doit être régulier pour ne pas détremper le substrat et la vaporisation est possible chaque jour à condition de bien ventiler la plante. L’odonto est l’une des rares orchidées qui supportent de basses températures (environ 10 degrés).


Oncidium, l’orchidée bijou

Orchidée 11Originaire d’Amérique centrale, l’oncidium compte quelque 450 variétés, ce qui explique la grande diversité de son feuillage et de sa floraison. Contrairement à la plupart des orchidées, l’oncidium n’a pas un besoin vital de luminosité, même si le manque de lumière peut freiner la floraison. L’arrosage doit également être contrôlé : il est conseillé de laisser sécher le substrat avant d’arroser de nouveau Cette orchidée doit être disposée dans un endroit aéré, car elle est sensible à l’excès d’humidité, qui tâche ses fleurs et entraîne la pourriture de ses feuilles. Le rempotage est à prévoir tous les deux ans, si possible dans un pot en terre. Il est conseillé de replacer la plante au bord du nouveau contenant.


Phalaenopsis, l’ochidée papillon

Orchidée 12Originaire des forêts humides de la région Asie-Pacifique, le phalaenopsis est une orchidée monopodiale qui se distingue par une floraison très variée qui peut intervenir tout au long de l’année. Comme les autres orchidées, le phalaenopsis a besoin d’une grande luminosité. Son emplacement favori est près d’une fenêtre exposée à l’est. Cette orchidée s’arrose de préférence le matin, deux fois par semaine en été contre une fois tous les 15 jours en hiver. Elle peut être brumisée régulièrement et il est conseillé de maintenir un bon taux d’humidité en disposant la plante sur une soucoupe remplie de billes d’argile. L’installation d’un tuteur peut éviter que la plante ne plie sous le poids de ses fleurs.


Sabot-de-Vénus, l’orchidée en forme de sabot

Orchidée 13Originaire d’Amérique centrale, le sabot-de-Vénus se caractérise par un feuillage allongé et des fleurs spectaculaires qui évoquent la forme d’un sabot. Cette orchidée apprécie de bénéficier du soleil le matin mais doit être protégée le reste de la journée, surtout en été. Son arrosage est plutôt simple : deux fois par semaine tout au long de l’année. Pour garder un bon taux d’humidité, la plante peut être vaporisée régulièrement et installée sur une soucoupe d’eau remplie de billes d’argile. Attention toutefois à l’excès d’eau qui peut entraîner le pourrissement des racines. Aérez régulièrement et maintenez la plante dans un endroit propre, car le sabot-de-Vénus déteste les acariens et la poussière.


Vanda, une orchidée pleine de prestance

Orchidée 14Originaire d’Asie tropicale et d’Océanie, l’orchidée vanda se caractérise par des feuilles d’environ 45 cm de long et des fleurs aux coloris mouchetés et variés. La plante a besoin de beaucoup de lumière et supporte très bien le plein soleil. Un éclairage artificiel peut même être nécessaire en hiver. Dans le même temps, le taux d’humidité doit rester élevé : l’emplacement idéal est un jardin d’hiver ou une serre. La vanda peut être arrosée deux fois par semaine et être vaporisée régulièrement en maintenant une bonne aération car les racines sont sensibles à la pourriture. L’installation d’un système automatique de brumisation est un plus. Une température basse pendant la nuit est également nécessaire pour induire la floraison.


Vanille, l’orchidée des gastronomes

Orchidée 15Originaire des Antilles et de Polynésie, la vanille est mondialement connue pour ses vertus culinaires. Assimilée aux fleurs exotiques, elle se caractérise par un feuillage vert pâle et des fleurs aromatiques et éphémères qui donnent naissance à la très recherchée gousse de vanille. Cette orchidée a besoin de luminosité mais doit être protégée du soleil direct. Un fort taux d’humidité est indispensable et l’utilisation d’un brumisateur automatique peut s’avérer nécessaire. En France, la vanille est généralement cultivée en serre et en suspension. La plante s’accroche naturellement à son support et peut atteindre des dimensions impressionnantes : jusqu’à 30 m de long dans la nature.

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités