Nos exemples de lettres :
la demi-finale de Miss Corail, Saison 1

Lors de la première saison de Miss Corail, les trois demi-finalistes ont pour mission de s’exercer à la création d’une lettre sur l’un des thèmes imposés : le grand amour (Lettre à l’amour), la noble cause (Lettre à l’Etat) et la scène de ménage (Lettre au jury).
Au terme de quatre jours de rédaction, Frédérique (Montpellier) accède directement en finale de l’élection après avoir produit une lettre parfaitement rédigée, dont le second degré a fortement impressionné le jury. Entre la magnifique lettre d’amour composée par Joëlle et la missive pleine de caractère de Katia, le public a finalement voté pour l’humour. En finale, la candidate de Moorea sera opposée à celle de Montpellier.

La lettre au jury de Frédérique, candidate de Montpellier

Miss Corail 001Mesdames et Messieurs les Jurés,
J’ai dans ma brève existence eu l’occasion de me présenter maintes fois à des concours, ceci dans des buts honorables et variés : assurer mon avenir, gagner des médailles, accéder à la postérité…
Je profite de l’occasion qui m’est aujourd’hui offerte pour vous adresser sous forme de bilan tous mes ressentiments ainsi que l’expression douteuse de ma grande perplexité.
Concernant mon avenir tout d’abord : votre acharnement à ne pas le prendre en main est selon moi révélateur de votre mauvaise volonté, et de l’incompréhension viscérale qui nous a toujours opposés. Je déplore tout particulièrement votre manque d’objectivité : l’intelligence que votre fonction suppose aurait dû vous faire admettre, comme je vous l’expliquais lors de l’oral du Bac, que la déclaration universelle des droits de l’Homme restera incomplète tant que ne sera pas reconnue l’absence de 2 articles pourtant fondamentaux : le Droit de se contredire, et le Droit de se taire.
En vain.
Grâce à votre malveillance, mon avenir appartient à présent au passé.
Concernant maintenant les médailles et les reconnaissances, je n’ai guère d’exemple de réussite à citer. Ma seule expérience pouvant concéder votre neutralité se résume à l’obtention dans les années 80 d’un petit diplôme de natation. J’ai de nombreuses fois, pourtant, fait preuve de justesse, au gymnase comme au conservatoire, sans jamais obtenir la moindre récompense. Cela confirme bien votre partialité.
Concernant la postérité, enfin, je dois là reconnaître de votre part quelques signes discrets d’encouragement. J’ai brièvement eu l’occasion de m’y croire… mais la griserie que ces reconnaissances m’insufflèrent, fut rapidement noyée dans l’incurable désinvolture que votre indifférence quant à mon avenir (professionnel et personnel) a irrémédiablement engendrée.
Je me suis présentée cette année à l’élection de Miss Corail.
C’est de loin le concours qui me tient le plus à cœur, et pour lequel je donne avec acharnement depuis plusieurs mois déjà, ce qu’il est convenu d’appeler le meilleur de moi-même. Oui, c’est vrai, cette élection a une importance particulière pour moi : depuis toute petite, je me sens concernée par la défense et la promotion du Corail.
Bien sûr, je n’ai pas trop bien compris pourquoi il me fallait réviser la carrière de Sheila pour prétendre au titre, pas plus que l’utilité de déplacer des pions virtuels sur une mappemonde en JPEG, mais on peut dire que ma confiance au départ timidement éclairée est maintenant devenue totalement aveugle.
Du plus loin qu’il m’en souvienne, je n’ai jamais eu contact aussi agréable avec des jurés. Planqués derrière des arobases, ils ont pourtant tout pouvoir pour me descendre en flèche. Pas même. A l’inverse, ils ont jusque-là fait preuve de goût et d’encouragement à mon endroit, et malgré les nombreux questionnaires indiscrets auxquels j’ai dû répondre, ils ont fermé les yeux sur toutes mes tares et mes faiblesses.
Pour cette raison, j’ai décidé d’oublier mes rancoeurs, et je vous le prouve, en vous faisant le récif de cette aventure d’exception, sous forme de poème, car vous le valez bien:

Messieurs et Messieurs les jurés,
Vous élirez ce soir une Miss Corail
Votre critère de choix : une Miss de taille
Une muse légère, une lyre verbale
De bataille ? une pointe ! De mystère ? un voile !
De sites en éclairs, elle navigue, fatale,
Son e-boîte postale rythme son univers
Sa botte ailée s’étire et glisse dans les airs
Sa beauté légendaire se mire dans la toile.
Chanter, Risker, tenter, trouver, paraître, écrire !
Vous avez éprouvé son éthique et sa ruse
Puisqu’il vous faut la lire avant que de l’élire
Lisez, jury, lisez, vos trois Miss s’amusent !
Votre dévouée candidate.

La lettre d’amour de Joëlle, candidate de Tahiti

Miss Corail 003A celui pour qui mon cœur bat,
Même dans mes rêves les plus secrets, je n’aurais imaginé t’écrire ces mots, que je gardais jalousement enveloppés dans du papier doré. L’or de nos regards, l’émeraude de tes yeux, le rubis de nos cœurs à l’unisson, au plus précieux de nos étreintes prennent l’éclat du diamant. Eblouissante alchimie de deux amants, persistante sur ma peau, dans ma chair.
Sans toi, mon souffle vital n’est que soupirs. Mes soirs à rêver je les passe à te contempler, à mesurer toute la plénitude du feu sacré attisé par la douceur de tes lèvres. Bouches unies dans la passion que l’apaisement de l’explosion des sens sépare. Pour combien de temps ?
Des heures infinies, errance de mon âme alanguie, à bannir l’indifférence, à graver tous les arbres de deux cœurs enlacés, à lancer maints échos dans toutes les vallées, à revivre chacun de tes gestes, tes baisers satin dans tes bras de soie ; à me mêler aux étincelles de ton regard. A me liquéfier, couler dans tes veines, me sentir pulsée par chaque battement de ton cœur… A jamais, je cueillerai les meilleures épices favorisant l’éveil de nos sens, les fleurs odoriférantes conduisant à l’ivresse ; tu partiras en quête de la plus douce des musicalités, tu maîtriseras les éléments dans une parfaite harmonie. Infiniment complices, nous n’aurons de cesse de cultiver ce jardin extraordinaire, théâtre privé de notre amour secret.

La lettre au jury de Katia, candidate de Moorea

Miss Corail 002Cher Cap’tain,
La première fois où tu m’as parlé de ton élection, je t’ai tout de suite dit non. J’avais immédiatement senti le coup foireux. Et puis les jours passaient, tu n’arrivais pas à recruter tes miss, tu prenais ça tellement à cœur que j’ai eu pitié de toi, le jour où je t’ai vu sortir de ta chambre avec les yeux rouges. Alors j’ai cédé… Mais que maudit soit ce jour !!!
Au début, j’ai trouvé ça rigolo, je l’avoue. J’ai découvert la compétition, la rage de gagner, l’envie d’écraser les autres candidates. Donc pour être certaine d’arborer l’écharpe de miss, j’ai mis toutes les chances de mon côté. J’ai contacté un coach sportif pour qu’il puisse m’aider à sculpter mon corps, j’ai fait 5 heures de gymnastique et de musculation par jour. Ensuite j’ai pris rendez-vous avec un chirurgien esthétique pour qu’il me passe du 80 A au 90 C, j’ai réussi à avoir un rendez-vous avec le coiffeur d’Amanda Lear et un avec la maquilleuse de Johnny Hallyday.
J’ai tout donné, j’ai tout risqué pour toi !! Mais depuis quelque temps je suis devenue ton esclave. Ton élection de miss ratée me mobilise tout mon temps libre. « Vas faire le tour de l’île pour trouver des indices », « Vas sur la barrière de corail faire les photos, ça va être super », « Cours après des stars pour des autographes »…
Depuis des mois, tu me fais courir partout, je me suis ridiculisée pour toi, ma robe de mariée est fichue, j’ai failli me noyer, failli perdre mon mec. Tu me harcèles entre les nouvelles missions, les nominations, le jury. J’en peux plus de tes mails, de ta pression. La dernière fois j’ai failli me tuer et tout ça pour quoi ? J’te le demande, pour avoir l’air d’une conne sur ton site. D’ailleurs, je suis certaine que les 17 000 visites, c’est toi qui les fait tout seul la nuit.
Il faut vraiment être psychopathe pour faire chier les gens comme ça, pour trouver des jeux à la con pour emmerder le monde. Alors j’arrête tout, reprend ton slip et ton radeau et barre toi de ma vie.