« Notre droit à la paix prend tout son sens lorsque nous respectons les droits des autres, leur dignité, leurs différences. » En 2015, « Vivre ensemble en paix » est le thème retenu par l’association Au Cœur de la Paix (ACP), qui organise sur son site web et sur ses réseaux sociaux le concours de « La Musique pour la Paix ».

En compétition, cinq jeunes artistes âgés de 10 à 30 ans invités à promouvoir activement la paix dans leur société par le biais de l’expression et de la créativité. Après 15 jours de votes effrénés, le public a finalement offert un millier de « Like » à Gamma Lord pour sa chanson A Real Dream, enregistré avec la Tahitienne Hina. Le vrai nom de ce tout nouvel artiste ? Grégoire Schmitzberger, qui signe là des débuts plus que prometteurs ! Rencontre avec le jeune lauréat de l’édition 2015 de la Musique pour la Paix.*

– Qui est Gamma Lord ?
Grégoire Schmitzberger : J’ai commencé très tôt à évoluer dans le monde de la musique, pas forcément hip-hop d’ailleurs. J’ai eu le plaisir de partager ponctuellement des scènes avec quelques pointures du rap. J’évolue actuellement vers un rap US qui cherche à décloisonner les domaines musicaux et qui refuse de se laisser enfermer dans les clichés réducteurs promus par certains. Je sors une mixtape à l’automne et me produis aussi bien à Paris qu’en province.

– Comment as-tu eu connaissance de l’association et de ce concours de musique pour la paix ?
Le concours pour la paix m’a été proposé directement par l’association. Je ne sais même pas comment ils ont obtenu mes coordonnées. Un peu comme un don du ciel ! Leur action et leur engagement pour la paix se font par le truchement de l’art, ce qui me semble être une démarche très efficace. Concrètement, une chanson est un excellent moyen de dialoguer et de formuler, par-delà les discours et les bonnes intentions, pour délivrer un message de paix quotidien. Chacun peut en effet agir à son échelle et c’est ce que veut faire valoir cette association à l’engagement fort et palpable.

– Quelle est l’histoire de ta chanson A Real Dream, que tu interprètes avec Hina ?
A real dream a été écrite après que j’ai vu le film Selma au mois de mars. Le parcours de Martin Luther King et son message de tolérance m’ont touché au point qu’à peine rentré chez moi après la séance du soir, j’ai pris la plume et j’ai écrit cette chanson. L’équilibre que j’ai recherché entre voix féminine et masculine, ainsi que l’alternance des phrasés reflètent la quête d’une harmonie des différences. Hina est une talentueuse chanteuse de Tahiti avec laquelle j’ai eu le plaisir de travailler sur ce morceau. Son investissement et son esprit apportent un souffle précieux.

– Le public a massivement voté pour toi, comment as-tu vécu cette compétition ?
Il est certain qu’une compétition dans le cadre d’un concours pour la paix a été pour moi l’occasion d’une émulation et pas du tout du moindre esprit de rivalité. J’ai beaucoup apprécié les autres morceaux en lice et ai échangé avec les autres artistes. Je remercie le public pour son investissement et son soutien. Cela est précieux et permet d’aller de l’avant en se disant que mon message a de la portée. Merci à toutes et à tous.

– Qu’est-ce que ce concours t’a apporté et quels sont tes projets ?
Ce concours a été l’occasion d’échanger avec des personnes qui partagent nos valeurs – me semble-t-il – et qui fondent la paix sur ce qui m’apparaît essentiel : la culture et les arts. Nos hommes politiques devraient peut-être y penser de temps à autre. Mes projets se bousculent, entre vidéoclips, concerts, featuring aux USA, diffusion radio et création à coeur ouvert !

> En savoir plus sur l’association Au Cœur de la Paix

© Vivien Brochud / Grégoire Schmitzberger

 

Publicités