Les croisiéristes gays et lesbiens débarquent à Tahiti. Mais alors que la crise du tourisme frappe de plein fouet la Polynésie française, il semble que celle-ci soit encore bien mal préparée pour accueillir cette nouvelle clientèle.

La Polynésie française accueille, du 25 avril au 1er mai, une croisière d’un genre nouveau. A bord du paquebot Paul Gauguin, quelques 300 croisiéristes venus des quatre coins du monde vont parcourir, durant une semaine, les îles Sous-le-Vent. Leur point commun, l’homosexualité.
Une arrivée salvatrice au moment où le tourisme polynésien est en chute libre ? Une opportunité pour les commerces de Papeete de dépoussiérer leurs étals en mal de clientèle ? Rien n’est moins sûr. A Tahiti, mis à part les grands hôtels, aucune structure n’est prévue pour attirer cette catégorie de touristes lorsqu’ils débarquent à terre.
Face à ce constat, certaines personnalités du fenua ont décidé de se mobiliser. Objectif, considérer ces hommes et ces femmes comme des touristes à part entière et les divertir afin qu’il véhiculent la meilleure image possible du fenua au terme de leur périple.
C’est le cas d’Arnaud Anjou*, 35 ans, déjà connu dans le monde de la mode. Aux côtés de Benny, il est l’un des principaux organisateurs de la Rainbow Night Tahiti, une soirée événement dédiée aux gays, aux lesbiennes et à tous leurs amis « gay friendly ». Le rendez-vous est prévu le 1er mai à partir de 22 heures au Be Angel, night-club réputé de Papeete, afin de remercier ces 300 visiteurs d’avoir choisi la Polynésie française, dans une ambiance qui promet, jusqu’à 4 heures du matin, d’être très très gay.

Homosexualité Tahiti 001Homosexualité Tahiti 002
Homosexualité Polynésie 001Homosexualité Polynésie 002

– Comment est née l’idée de la Rainbow Night Tahiti ?
Arnaud Anjou : j’ai un coupe d’amis canadiens – qui fera cette croisière – qui m’a contacté pour me demander s’il existait une vie gay à Tahiti. J’ai bien évidemment souri amèrement. Et l’idée m’est venue d’organiser cette soirée. J’aime les challenges ! Mais je devais faire face à plusieurs obstacles. Pour commencer, trouver un lieu pour accueillir tous ces people. J’ai donc contacté Benny, du Be Angel, et lui ai proposé mon idée. Au départ, il a dû me prendre pour un fou, mais il m’a dit « oui » sans hésiter. Je le remercie encore. A partir de là, les idées se sont enchaînées, notamment avec la réalisation du flyer, que je me suis fait un plaisir de créer. J’ai travaillé en étroite collaboration avec Benny, qui était à chaque fois d’accord donc je pense que ce concept l’a séduit. J’ai également dû trouver des partenaires, une démarche à la fois simple et compliquée. Certains n’ont pas osé montrer leur logo sur le flyer d’une soirée gay et lesbienne. Par contre, d’autres ont tout de suite dit « oui ». Je souhaite avant tout montrer aux touristes de cette croisière que même à Tahiti, la vie gay est possible et que l’on peut s’y amuser comme ailleurs sans tabou. Je n’apprécierais pas que des touristes qui viennent dans notre beau pays repartent chez eux en disant à tous leurs amis que la vie gay et lesbienne à Tahiti est nulle. Quelles en seraient les répercutions ?

– Aviez-vous déjà organisé un événement d’une telle envergure ?
Pour ce genre de soirée sur Tahiti, non ! Je travaille dans le milieu depuis plusieurs années. Comme certains le savent, je me suis produit en dévoilant mes collections au travers de défilés de mode que j’ai organisés dans des hôtels prestigieux à Tahiti. Le milieu de la nuit, la vie branchée de Paris, je les ai fréquentés longtemps. J’y ai rencontré des gens totalement différents les uns des autres, des célébrités. Les difficultés sont toujours là au dernier moment, le plus souvent ! Il faut savoir les affronter et y remédier. Il faut aussi avoir le sens du contact avec les gens. C’est un réel combat, surtout pour cet événement, car je fais le travail de dizaines de personnes, mais c’est tellement excitant et passionnant ! J’aurais aimé faire venir de Paris deux amis « drag queen » pour donner un peu plus d’épices à la soirée, mais la distance est là ! C’est un autre exemple de difficulté !

« Cet événements est nouveau tout simplement parce que personne n’a encore osé l’organiser »

– Quel est le programme de cette soirée ?
La Rainbow Night ouvrira ses portes le 1er mai à 22 heures au Be Angel. L’ambiance « rainbow » (arc en ciel) sera à l’honneur. La soirée commencera avec des musiques internationales pour transgresser vers une ambiance plus électro par la suite. Des gogos danseurs et danseuses feront partie de l’ambiance. L’objectif est de réunir tous les éléments pour parfaire le thème de la soirée. Le Be Angel est un établissement de très bonne réputation. J’apprécie aussi beaucoup l’ambiance de cette discothèque. Je n’ai cependant aucune préférence car je sais que les autres night-clubs de Tahiti sont des établissements où l’on s’amuse bien et sont de bonne réputation également. Mais Benny a été le premier à accepter et le Be Angel sera donc la première discothèque à ouvrir ses portes à cette première Rainbow Night de Tahiti.

– Il s’agit d’un événement nouveau en Polynésie française ?
Je pense qu’il est nouveau tout simplement parce que personne n’a encore osé l’organiser (rires).

– D’autres manifestations sont-elles prévues pour accueillir ces croisiéristes ?
A ma connaissance, non, hormis les manifestations sur le bateau. J’ai reçu un appel anonyme d’une personne sur Papeete qui souhaitait faire visiter une culture de fleurs de tiare. Je trouvais l’idée plutôt bonne, mais je n’ai pas eu de suite. C’est bien dommage car les touristes seront en ville à leur retour de croisière, une journée où la totalité des magasins devraient être ouverts. Je n’ai pas assez de place chez moi pour tous les accueillir donc le Be Angel sera parfait pour les remercier de leur visite.

« Le tourisme gay a sa place en Polynésie »

– En période de crise, pensez-vous que les acteurs du tourisme locaux devraient s’inspirer de votre initiative ?
Le tourisme en Polynésie est effectivement touché par la crise. Je pense qu’il faut bénir tous les touristes qui font des milliers de kilomètres pour nous rendre visite. Il est vraiment important qu’ils soient accueillis et sécurisés lorsqu’ils sortent le soir, qu’ils soient hétéros, gays ou lesbiennes. Il faut tout faire pour que le tourisme garde la tête hors de l’eau en Polynésie. Il y a encore des tas de choses à améliorer. J’espère vraiment que ma soirée fera partie des événements qui raviront ces touristes et qui laisseront de bons souvenirs de la Polynésie.

– La Polynésie est-elle prête pour accueillir un tourisme « gay » ?
Je l’espère de tout cœur. Je ne vois pas pourquoi elle ne le serait pas. Ils ne seront pas les premiers gays et lesbiennes à venir en Polynésie. Il y en a tous les jours. Les hôtels accueillent des couples homosexuels depuis des années. Pourquoi se focaliser là-dessus ? Je pense que les Polynésiens n’ont pas de jugement à porter. Ils sont, de nature, accueillants et savent être reconnus pour cela, entre autres. Je sais que le tourisme gay a sa place en Polynésie et la Polynésie a toujours été prête à accueillir le tourisme gay.

– Et servir une meilleure acceptation de l’homosexualité dans la société polynésienne ?
C’est tout ce que l’ont peut espérer. Je ne pense pas que cette soirée fera des miracles pour cela (rires), mais elle est aussi là pour faire en sorte que tout le monde puisse s’apprécier et vivre ensemble en acceptant les différences de chacun. J’aimerais surtout que les homosexuels de Tahiti vivent ouvertement leur vie plutôt que de se cacher. Tout cela se fera à partir du moment où l’on cessera de montrer du doigt les personnes différentes des autres. Je pense qu’il faut aussi vivre avec son temps et apprendre à vivre sans juger les autres. L’intégration des homos se fera progressivement en Polynésie. Aujourd’hui, on en parle déjà bien plus qu’avant. La société est là pour cela aussi. Les médias s’y intéressent également. On entend tous les jours parler des homosexuels qui crient au monde entier qu’ils ont des droits et des sentiments comme tout le monde. Chaque être vivant dans ce monde a droit au respect. C’est pour cela que tout le monde est le bienvenu à la Rainbow Night !

*Arnaud Anjou a participé à la Saison 2 de Miss & Mister Corail

© Vivien Brochud / Hitu News

Publicités