A l’image des humains, les chiens sont sensibles aux maladies. Mais comme ils ne parlent pas, c’est aux maîtres de repérer ces changements de comportement provoqués par un problème de santé, comme la fatigue, la déprime, la toux ou le manque d’appétit. Voici nos conseils pour vous aider à identifier ces symptômes et agir en conséquence. Dans tous les cas, le chien doit être suivi par un vétérinaire et posséder un carnet de santé à jour.

Les maladies propres au chien mâle

Certaines maladies sont propres aux chiens de sexe masculin. On compte ainsi l’hyperplasie de la prostate, la cryptorchidie, l’orchite ou la tumeur testiculaire. Les symptômes les plus fréquents sont la constipation et la présence de sang dans l’urine. Les maladies liées aux testicules peuvent nécessiter une ablation chirurgicale et entraîner la stérilité.

Les maladies propres à la chienne femelle

L’éclampsie est provoquée par un manque de calcium et intervient quelques jours après l’accouchement. Elle se remarque par une perte de sociabilité. La chienne peut également être victime d’une grossesse nerveuse, d’une tumeur mammaire, d’une mastite ou du pyomètre. Les principaux symptômes sont la dépression, la nervosité et le manque d’appétit.

Les maladies parasitaires internes du chien

Si les parasites qui ont pour ambition d’infester le corps du chien sont nombreux, deux d’entre eux sont particulièrement connus : le vers rond ascaris et le vers plat. Difficiles à repérer, ils provoquent généralement une irritation anale ou des troubles digestifs. Ces parasites doivent être éliminés car ils peuvent se transmettre à l’homme.

Les maladies parasitaires externes du chien

On les appelle « ectoparasites ». Ces parasites externes, qui sont la principale cause de maladie de peau chez le chien, sont malheureusement biens connus : poux, tiques, puces, aoûtats, acariens, etc. L’assistance du vétérinaire peut être nécessaire pour identifier précisément le coupable et l’éliminer avec un traitement adapté.

La maladie de Carré : chien en danger !

Les maladies graves qui touchent les jeunes chiens peuvent en général être évitées grâce à la vaccination. Parmi les plus virulentes, la maladie de Carré, qui se traduit par de la toux, de la diarrhée, un durcissement des coussinets, des convulsions et des écoulements au niveau du nez et des yeux. L’issue de cette maladie est généralement fatale pour l’animal.

La rage, contagieuse et mortelle

La rage, qui a longtemps empêché aux animaux français de quitter le territoire, est une affection virale qui se repère à cause d’une hyper-agressivité, une salivation excessive et une agitation extrême. Cette maladie, qui peut se transmettre à l’homme, paralyse le chien et le plonge dans le coma. Elle peut être mortelle en moins de 15 jours.

La leptospirose : attention danger !

Sécrétion produite par certains rongeurs qui se développe dans les eaux stagnantes, la leptospirose peut causer le décès du chien assez rapidement si celui-ci n’est pas traité par un vétérinaire. On la distingue par une forte température et des vomissements à répétition. La leptospirose provoque des dégâts irrémédiables sur les reins et le foie de l’animal.

Le diabète sucré, un fléau qui touche aussi le chien

Assez fréquent, le diabète sucré se diagnostique grâce à une multitude de symptômes, dont les plus visibles sont la perte de poids malgré un fort appétit, la déshydratation malgré une soif exagérée, la dépression, des vomissements et une respiration difficile. L’intervention du vétérinaire est indispensable pour convenir d’un régime alimentaire adapté.

L’hépatite de Rubarth, mortelle en moins de 24 heures

L’hépatite de Rubarth, qui endommage le foie et les reins de l’animal, peut être mortelle en moins de 24 heures. Il faut donc agir très vite lorsque le chien montre les premiers symptômes : perte d’appétit, fièvre, vomissements, diarrhées, muqueuses encombrées. Attention, cette maladie est hautement contagieuse pour l’homme.

La parvovirose, une maladie meurtrière chez les chiots

Voici une maladie dont l’issue est généralement fatale pour les jeunes chiens. La parvovirose entraîne des problèmes cardiaques graves suivis d’une pneumonie. Les principaux symptômes sont des diarrhées et des vomissements avec perte de sang. L’intervention rapide d’un vétérinaire est nécessaire et ne garantit pas toujours de sauver l’animal.

La toux de chenil, ou la toux du chien

Voici une maladie qui peut être évitée par la vaccination et qui coûte la vie à de nombreux chiens, notamment les chiots. Difficile à déceler, la toux du chenil est causée par les actions communes de plusieurs bactéries et se remarque par une toux grasse et rauque qui peut durer plusieurs semaines, durant lesquelles l’animal s’alimente pourtant normalement.

L’épilepsie, un traitement à vie

Comme chez l’homme, l’épilepsie peut avoir des origines variées, être héréditaire ou liée à l’âge ou au sexe de l’animal. Elle se diagnostique assez facilement : le chien fait des crises où il convulse, subit des pertes d’équilibre ou de conscience, même lorsqu’il est détendu ou endormi. L’épilepsie nécessite un traitement médical à vie.

L’insuffisance cardiaque, la maladie du chien fatigué

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’une insuffisance cardiaque congestive chez le chien. Celle-ci se remarque par un état faible, voire léthargique, un essoufflement très rapide, un manque d’appétit et une perte de poids. Un régime spécifique, sans sel, doit être établi par le vétérinaire. Il est conseillé au chien de faire de l’exercice.

Les allergies, quand ça gratte un peu trop !

Comme son maître, le chien peut être victime de différentes allergies causées par son alimentation, le pollen, les acariens ou le contact avec certains produits chimiques. Les allergies se caractérisent par de fortes démangeaisons qui sont suivies par la perte de poils et l’apparition de plaies ouvertes. Les allergies du chien se soignent assez bien.

Chien en état de choc !

Les événements qui peuvent plonger le chien en état de choc sont divers et variés : traumatisme, brûlure, allergie, hémorragie, insuffisance cardiaque, etc. Le principal symptôme est la perte de connaissance, une chute de température et le dilatement des pupilles. L’animal risque de succomber à un coma s’il n’est pas soigné.

Les calculs rénaux, un mal qui se soigne

Les calculs urinaires peuvent avoir plusieurs causes : un déséquilibre hormonal, une bactérie ou des problèmes hépatiques. Le diagnostic est assez simple à établir : le chien ruine du sang ou a tout simplement des problèmes pour uriner, il manque d’appétit et a tendance à déprimer. Les calculs rénaux nécessitent un traitement antibiotique et un régime spécifique.

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités