Par tous les temps, les mers et les océans ont inspiré les plus grands artistes. Et notamment les écrivains, les philosophes, les humoristes ou les poètes, qui nous livrent leurs pensées et leurs sentiments au gré des lames et des courants. Voici notre sélection des plus belles citations maritimes.

« La bouteille à la mer »

« A l’inverse des hommes, l’océan se retire pour que la mer garde ses poissons« , Pierre Dac.
« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d’une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l’éternité », Olivier de Kersauson.
« Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, dans la nuit éternelle emportés sans retour, ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges, jeter l’ancre un seul jour ? », Alphonse de Lamartine.
« Amitié. Bateau suffisamment grand pour transporter deux personnes quand il fait beau, mais une seule en cas de mauvais temps », Ambrose Bierce.
« Aucun homme n’est une île, complet en soi-même ; chaque être humain est une partie du continent, une partie du tout », John Donne.
« C’est curieux, chez les marins, ce besoin de faire des phrases », Georges Lautner.
« C’est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source », Jean Jaurès.
« C’est ramer contre le courant qui vous tient à la même place », Jacques Chardonne.
« C’est sans doute la vocation du romancier, devant cette grande page blanche de l’oubli, de faire ressurgir quelques mots à moitié effacés, comme ces icebergs perdus qui dérivent à la surface de l’océan », Patrick Modiano.
« Ce livre est une bouteille à la mer qui enferme mon passé avec lui », Valérie Trierweiler.
« Ce qui noie quelqu’un, ce n’est pas le plongeon, mais le fait de rester sous l’eau », Paulo Coelho.
« Ce sont de mauvais découvreurs, ceux qui pensent qu’il n’existe pas de terre quand ils ne peuvent voir rien d’autre que la mer », Francis Bacon.
« Celui qui attend que tout danger soit écarté pour mettre les voiles, ne prendra jamais la mer », Thomas Fuller.
« Celui qui communie se perd en Dieu comme une goutte d’eau dans l’océan. On ne peut plus les séparer », le curé d’Ars.
« Ceux qui ont inventé le bateau à vapeur. Que savent-ils du vent qui gonfle les voiles ? », Seyranî.
« Chacun de nous porte en lui ces propres îles, refuges contre la bêtise, la laideur et la sourde contrainte d’un ordinaire non-désiré », Jacques Chancel.
« Choisis d’entrer dans la mer par les petits ruisseaux », Saint-Thomas-d’Aquin.
« Comment, recevant l’eau d’une quantité énorme de fleuves, la Méditerranée ne déborde pas ? Le Providence a prévu cette catastrophe et a mis des éponges dans la mer », Alphonse Allais.
« Dans une solitude extrême, Sur l’Océan seul je restai, Sans que Jésus prît en pitié », Samuel Taylor Coleridge.

« Homme libre, toujours tu chériras la mer ! »

« De tous les animaux qui s’élèvent dans l’air, qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, de Paris au Pérou, du Japon jusqu’à Rome, le plus sot animal, à mon avis, c’est l’homme« , Nicolas Boileau.
« Dieu a créé la mer et il l’a peinte en bleu pour qu’on soit bien dessus », Bernard Moitessier.
« Dieu est un océan, dont nous n’avons reçu que quelques gouttes… », Leibniz.
« En mer, quand on dort, on ferme les yeux, mais on garde les oreilles ouvertes », Olivier de Kersauson.
« En refusant d’être goutte d’eau tu acceptes d’être océan« , Lionel Daudet.
« En suivant le fleuve, on parvient à la mer« , Plaute.
« Et ne vaut-il pas mieux quelque orage endurer, Que d’avoir toujours peur de la mer importune ? Par la bonne fortune on se trouve abusé, Par la fortune adverse on devient plus rusé », Joachim Du Bellay.
« Fait curieux : personne n’a jamais le mal de mer à terre », Jerome K. Jerome.
« Fardée comme un poisson naïf, dans l’aquarium de nos souffrances, vous marchiez et j’étais captif de vos lointaines apparences », Michel Houellebecq.
« Homme libre, toujours tu chériras la mer ! », Charles Baudelaire.
« Il est des portes sur la mer que l’on ouvre avec des mots », Rafael Alberti.
« Il faut être rameur avant de tenir le gouvernail, avoir gardé la proue et observé les vents avant de gouverner soi-même le navire« , Aristophane.
« Il y a peu de gens qui peuvent retenir une eau sans digues ; il y en a moins encore qui peuvent dompter une langue intempérante », Jean Climaque.
« Il y a trois sortes d’hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer », Aristote.
« J’adore les huîtres : on a l’impression d’embrasser la mer sur la bouche », Léon-Paul Fargue.
« J’ai abandonné la pêche le jour où je me suis aperçu qu’en les attrapant, les poissons ne frétillaient pas de joie », Louis de Funès.
« J’aime Deauville parce que c’est loin de la mer et près de Paris », Tristan Bernard.
« Je ne sais pas parler de la mer. Tout ce que je sais c’est qu’elle me débarrasse soudain de toutes mes obligations. Chaque fois que je la regarde, je deviens un noyé heureux », Romain Gary.
« Je songe à ma pile de livres de poche aux pages tremblotantes, comme si elles avaient autrefois fait partie de la mer », Kazuo Ishiguro.
« Je suis comme un océan transformé en lac et qui aurait la nostalgie de ses marées, de ses vagues et de ses tempêtes », Geneviève Dormann.
« Je suis le dieu le plus puissant des dieux, absolu sur la terre, absolu dans les cieux ; dans les eaux, dans les airs, mon pouvoir est suprême : en un mot, je suis l’amour même« , Molière.
« L’amour est une mer dont la femme est la rive », Victor Hugo.
« L’eau, goutte à goutte, creuse le roc », Théocrite.