Par tous les temps, les mers et les océans ont inspiré les plus grands artistes. Et notamment les écrivains, les philosophes, les humoristes ou les poètes, qui nous livrent leurs pensées et leurs sentiments au gré des lames et des courants. Voici notre sélection des plus belles citations maritimes.

« La bouteille à la mer »

« A l’inverse des hommes, l’océan se retire pour que la mer garde ses poissons« , Pierre Dac.
« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d’une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l’éternité », Olivier de Kersauson.
« Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, dans la nuit éternelle emportés sans retour, ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges, jeter l’ancre un seul jour ? », Alphonse de Lamartine.
« Amitié. Bateau suffisamment grand pour transporter deux personnes quand il fait beau, mais une seule en cas de mauvais temps », Ambrose Bierce.
« Aucun homme n’est une île, complet en soi-même ; chaque être humain est une partie du continent, une partie du tout », John Donne.
« C’est curieux, chez les marins, ce besoin de faire des phrases », Georges Lautner.
« C’est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source », Jean Jaurès.
« C’est ramer contre le courant qui vous tient à la même place », Jacques Chardonne.
« C’est sans doute la vocation du romancier, devant cette grande page blanche de l’oubli, de faire ressurgir quelques mots à moitié effacés, comme ces icebergs perdus qui dérivent à la surface de l’océan », Patrick Modiano.
« Ce livre est une bouteille à la mer qui enferme mon passé avec lui », Valérie Trierweiler.
« Ce qui noie quelqu’un, ce n’est pas le plongeon, mais le fait de rester sous l’eau », Paulo Coelho.
« Ce sont de mauvais découvreurs, ceux qui pensent qu’il n’existe pas de terre quand ils ne peuvent voir rien d’autre que la mer », Francis Bacon.
« Celui qui attend que tout danger soit écarté pour mettre les voiles, ne prendra jamais la mer », Thomas Fuller.
« Celui qui communie se perd en Dieu comme une goutte d’eau dans l’océan. On ne peut plus les séparer », le curé d’Ars.
« Ceux qui ont inventé le bateau à vapeur. Que savent-ils du vent qui gonfle les voiles ? », Seyranî.
« Chacun de nous porte en lui ces propres îles, refuges contre la bêtise, la laideur et la sourde contrainte d’un ordinaire non-désiré », Jacques Chancel.
« Choisis d’entrer dans la mer par les petits ruisseaux », Saint-Thomas-d’Aquin.
« Comment, recevant l’eau d’une quantité énorme de fleuves, la Méditerranée ne déborde pas ? Le Providence a prévu cette catastrophe et a mis des éponges dans la mer », Alphonse Allais.
« Dans une solitude extrême, Sur l’Océan seul je restai, Sans que Jésus prît en pitié », Samuel Taylor Coleridge.

« Homme libre, toujours tu chériras la mer ! »

« De tous les animaux qui s’élèvent dans l’air, qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, de Paris au Pérou, du Japon jusqu’à Rome, le plus sot animal, à mon avis, c’est l’homme« , Nicolas Boileau.
« Dieu a créé la mer et il l’a peinte en bleu pour qu’on soit bien dessus », Bernard Moitessier.
« Dieu est un océan, dont nous n’avons reçu que quelques gouttes… », Leibniz.
« En mer, quand on dort, on ferme les yeux, mais on garde les oreilles ouvertes », Olivier de Kersauson.
« En refusant d’être goutte d’eau tu acceptes d’être océan« , Lionel Daudet.
« En suivant le fleuve, on parvient à la mer« , Plaute.
« Et ne vaut-il pas mieux quelque orage endurer, Que d’avoir toujours peur de la mer importune ? Par la bonne fortune on se trouve abusé, Par la fortune adverse on devient plus rusé », Joachim Du Bellay.
« Fait curieux : personne n’a jamais le mal de mer à terre », Jerome K. Jerome.
« Fardée comme un poisson naïf, dans l’aquarium de nos souffrances, vous marchiez et j’étais captif de vos lointaines apparences », Michel Houellebecq.
« Homme libre, toujours tu chériras la mer ! », Charles Baudelaire.
« Il est des portes sur la mer que l’on ouvre avec des mots », Rafael Alberti.
« Il faut être rameur avant de tenir le gouvernail, avoir gardé la proue et observé les vents avant de gouverner soi-même le navire« , Aristophane.
« Il y a peu de gens qui peuvent retenir une eau sans digues ; il y en a moins encore qui peuvent dompter une langue intempérante », Jean Climaque.
« Il y a trois sortes d’hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer », Aristote.
« J’adore les huîtres : on a l’impression d’embrasser la mer sur la bouche », Léon-Paul Fargue.
« J’ai abandonné la pêche le jour où je me suis aperçu qu’en les attrapant, les poissons ne frétillaient pas de joie », Louis de Funès.
« J’aime Deauville parce que c’est loin de la mer et près de Paris », Tristan Bernard.
« Je ne sais pas parler de la mer. Tout ce que je sais c’est qu’elle me débarrasse soudain de toutes mes obligations. Chaque fois que je la regarde, je deviens un noyé heureux », Romain Gary.
« Je songe à ma pile de livres de poche aux pages tremblotantes, comme si elles avaient autrefois fait partie de la mer », Kazuo Ishiguro.
« Je suis comme un océan transformé en lac et qui aurait la nostalgie de ses marées, de ses vagues et de ses tempêtes », Geneviève Dormann.
« Je suis le dieu le plus puissant des dieux, absolu sur la terre, absolu dans les cieux ; dans les eaux, dans les airs, mon pouvoir est suprême : en un mot, je suis l’amour même« , Molière.
« L’amour est une mer dont la femme est la rive », Victor Hugo.
« L’eau, goutte à goutte, creuse le roc », Théocrite.

« L’horizon souligne l’infini »

« L’eau parle sans cesse et jamais ne se répète », Octavio Paz.
« L’eau seule est éternelle », Yun Son-Do.
« L’égoïste s’attendrit à l’aspect d’un naufrage en songeant qu’il aurait pu se trouver sur le navire », Jules Petit-Senn.
« L’homme écrit sur le sable. Moi ça me convient bien ainsi ; l’effacement ne me contrarie pas ; à marée descendante, je recommence », Jean Dubuffet.
« L’horizon souligne l’infini », Victor Hugo.
« L’ingrat écrit le bien dans l’eau et le mal dans la pierre », Félix Lope De Vega.
« La barque que l’on retient au port n’apprend pas à naviguer. Laissons-la donc prendre le large », Jean Maër.
« La bouillabaisse, c’est du poisson avec du soleil », Alfred Capus.
« La diplomatie : l’art de plonger dans des eaux troubles sans faire de plouf », Eric Linklatter.
« La mer : une grande dame qui prend trop ses aises. Elle n’a pas besoin de tant de place pour produire la moule et l’oursin », Lucie Paul-Marguerite.
« La mer : une telle quantité d’eau frise le ridicule », Henri Monnier.
« La mer c’est dégueulasse, les poissons baisent dedans ! », Renaud – W.C. Fields.
« La mer est aussi profonde dans le calme que dans la tempête », John Donne.
« La mer est un espace de rigueur et de liberté », Victor Hugo.
« La mer isole de tout et dispense des sensations qui n’ont rien à voir avec les tics nerveux citadins », Jacques Sternberg.
« La nature apprend à l’homme à nager lorsqu’elle fait couler son bateau », Saït Faïk Abasiyanik.
« La poésie est le journal d’un animal marin qui vit sur terre et qui voudrait voler », Carl Sandburg.
« La poésie est mémoire baignée de larmes. La musique est mémoire de la mer », Miguel Angel Asturias.
« La raison souvent n’éclaire que les naufrages », Claude Adrien Helvétius.
« La richesse est comme de l’eau salée : plus on en boit, plus elle altère ; il en est de même aussi de la gloire », Arthur Schopenhauer.
« La société est comme un navire ; tout le monde doit contribuer à la direction du gouvernail », Henrik Ibsen.
« La vie, c’est comme la mer, elle ne porte que ceux qui remuent », Hervé Bazin.
« La vue d’une belle mer est consolante », Stendhal.
« Le flux et le reflux me font marée », Raymond Devos.

« Les bouteilles à la mer »

« Le génie est un flot baigné par la folie », Emile Augier.
« Le monde aurait pu être simple comme le ciel et la mer », André Malraux.
« Le mouvement des marées et le mouvement des capitaux sont les deux mamelles du mouvement perpétuel », Pierre Dac.
« Le peuple, le feu et l’eau sont des forces indomptables », Phocylide de Milet.
« Le poisson est un animal susceptible : en présence du pêcheur, il prend facilement la mouche », Noctuel.
« Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau », Philippe Bouvard.
« Le requin est un animal cruel et mythique qui ne se trouve plus guère que dans les basses eaux de la finance », Philippe Bouvard.
« Le retour du fait religieux est un mouvement mondial, une lame de fond », Michel Houellebecq.
« Le souvenir est à peine un nénuphar montrant, parmi les eaux, son visage de noyé », Jorge Carrera Andrade.
« Le temps, ce coquillage au bruit de mer latent », Suzanne Charoux-Mamet.
« Le vœu fait dans la tempête est oublié dans le calme », Thomas Fuller.
« Le vrai miracle n’est pas de marcher sur les eaux ni de voler dans les airs : il est de marcher sur la terre », Houeï Neng.
« Les bouteilles à la mer ne ramènent pas souvent les réponses », Antoine Blondin.
« Les dettes sont comme des rats sur un bateau sans chat… ça dévore un bateau en un rien de temps », Pierre Djada Lacroix.
« Les enfants sont comme les marins : où que se portent leurs yeux, partout c’est l’immense », Christian Bobin.
« Les familles, l’été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants, dans l’espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids », Alphonse Allais.
« Les flots passent les uns après les autres et se poursuivent éternellement », Li Po.
« Les gens de mer sont les plus autonomes qui soient, mais au prix du doute méthodique », Hervé Hamon.
« Les îles sont de petits continents en abrégé », Bernardin de Saint-Pierre.
« Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire ; elles le submergent quelquefois, mais sans elles il ne pourrait voguer« , Voltaire.
« Les regrets sont vains lorsqu’il est trop tard. La digue est rompue, les flots passent, ils brassent des boues. Ce qui compte, c’est demain« , l’Abbé Pierre.
« Les rivières ne se précipitent pas plus vite dans la mer que les hommes dans l’erreur », Voltaire.

« Comme du sable. De l’eau »

« Les serments d’amour sont comme les vœux des marins, on les oublie après l’orage », John Webster.
« Les vagues ne naissent pas quand elles déferlent sur la plage. Elles roulent longtemps en mer avant de se casser sur un repli de sable », Geneviève Dormann.
« Les verres d’eau ont les mêmes passions que les océans », Victor Hugo.
« Les vertus se perdent dans l’intérêt, comme les fleuves se perdent dans la mer », François de La Rochefoucauld.
« Mettre un frein à la femme, c’est mettre une limite à la mer », Félix Lope De Vega.
« N’accuse point la mer à ton second naufrage », Publius Syrus.
« Naviguer : c’est accepter les contraintes que l’on a choisies. C’est un privilège. La plupart des humains subissent les obligations que la vie leur a imposées », Eric Tabarly.
« Naviguer est nécessaire, mais il n’est pas nécessaire de vivre », Pompée.
« Naviguer est une activité qui ne convient pas aux imposteurs. Dans bien des professions, on peut faire illusion et bluffer en toute impunité. En bateau, on sait ou on ne sait pas », Eric Tabarly.
« Non seulement nous sommes tous embarqués sur le même bateau mais nous avons tous le mal de mer », Gilbert Keith Chesterton.
« Notre âme tire sur notre chair comme un navire sur son ancre », Léonce Peillard.
« Nous ramons tous sur le même bateau », Zénobios.
« Nous réalisons que ce que nous accomplissons n’est qu’une goutte dans l’océan. Mais si cette goutte n’existait pas dans l’océan, elle manquerait », Mère Teresa.
« Nul conseil n’est plus loyal que celui qui se donne sur un navire en péril », Léonard de Vinci.
« Océan. Masse d’eau occupant à peu près les deux tiers d’un monde destiné à l’homme – lequel est dépourvu de branchies », Ambrose Bierce.
« On devrait pouvoir se laisser bercer, abandonné comme une algue devant la marée, mais on est toujours emmené au large », André Brink.
« On essaie toujours de retenir les choses. Surtout quand elles nous ont filé entre les doigts. Comme du sable. De l’eau« , André Brink.
« On nous promène en bateau sur l’océan des nouvelles », Sheila.
« On oublie souvent que la mer, avant tout, n’a pas d’âge ; sa force réside en cela », Mohammed Dib.

« Quand le navire doit sombrer »

« Oui, quel est le plus profond, le plus impénétrable des deux : l’océan ou le cœur humain », Lautréamont.
« Petit poisson deviendra grand », Jean de La Fontaine.
« Plus d’hommes se sont noyés dans l’alcool que dans la mer », W.C. Fields.
« Port. Endroit où les bateaux sont à l’abri des tempêtes et exposés à la furie des douanes », Ambrose Bierce.
« Pour bien nager, un joli caleçon de bain ne vaudra jamais une étendue d’eau », Léo Campion.
« Pour lutter contre le mal de mer, sucez une noix de muscade (sans l’avaler, c’est toxique). Si vous n’avez pas de noix de muscade, allez-y en bicyclette », Pierre Desproges.
« Pourquoi nous haïr ? Nous sommes solidaires, emportés par la même planète, équipage d’un même navire », Antoine de Saint-Exupéry.
« Qu’est-ce donc que toute notre tendresse ? Rien. Qu’une petite vague qui racle sur la terre et s’en retourne à la haute mer », Léon-Paul Fargue.
« Quand je suis dans l’eau, j’ai des idées. Quand j’en suis sorti, je sèche », Roger Pierre.
« Quand le navire doit sombrer, les rats sont les premiers à le quitter », Fiodor Dostoïevski.
« Quelle étrange chose que la propriété, dont les hommes sont si envieux ! Quand je n’avais rien à moi, j’avais les forêts et les prairies, la mer et le ciel ; depuis que j’ai acheté cette maison et ce jardin, je n’ai plus que cette maison et ce jardin », Alphonse Karr.
« Qui aime la jeunesse, aime la mer », Tennessee Williams.
« Qui sème le vent récolte la tempête », Osée.
« Retranche tous ces engagements que tu voyais s’imposer à toi et qui sont autant de bagages qui t’entraînent au fond de la mer », Diogène Le Cynique.
« Rhume : tempête sous narine », Léo Campion.
« Rien n’est plus propice à la pensée lucide qu’une vue imprenable sur la mer », Anne-Marie MacDonald.
« Sardine : petit poisson sans tête qui vit dans l’huile », Léo Campion.
« Si nous envoyions au fond de la mer toute la médecine que nous utilisons, ce serait tant mieux pour nous et tant pis pour les poissons », Oliver Wendell Holmes.
« Si seulement on pouvait s’entraîner en prévision des naufrages et s’arranger pour qu’ils se produisent quand on est dans une forme parfaite, il y aurait moins de noyades en mer », Stephen Crane.

« Naviguer sans boussole »

« Si un contemplatif se jette à l’eau, il n’essaiera pas de nager, il essaiera d’abord de comprendre l’eau. Et il se noiera », Henri Michaux.
« Si vous voulez aller sur la mer, sans aucun risque de chavirer, alors, n’achetez pas un bateau : achetez une île ! », Marcel Pagnol.
« Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais il est ici, le bonheur », Horace.
« Tout nuage n’enfante pas une tempête », William Shakespeare.
« Toute l’eau de la rugueuse et vulgaire mer ne saurait laver l’huile sainte d’un roi oint », William Shakespeare.
« Un créancier tombe à l’eau, c’est un accident ; on le repêche, c’est une catastrophe », René Dorin.
« Un éclectique est un navire qui voudrait marcher avec quatre vents », Charles Baudelaire.
« Un livre est une bouteille jetée en pleine mer sur laquelle il faut coller cette étiquette : attrape qui peut », Alfred de Vigny.
« Un naufragé garde l’horreur des flots, même tranquilles », Ovide.
« Une petite étoile, elle est capable de guider le marin dans la mer, une seule étincelle peut toujours allumer un incendie gigantesque », Ivan Vazov.
« Vivre sans but, c’est naviguer sans boussole », John Ruskin.
« Vous vous noyez dans un verre d’eau. Il n’y a que dans les verres d’eau qu’on se noie. Quand on est dans l’océan on arrive toujours à en sortir. Même s’il y a de la tempête », Jean Dutourd.

Les proverbes maritimes

« Bavardage est écume sur l’eau, action est goutte d’or », proverbe tibétain.
« Celui qui ne sait pas manœuvrer un bateau déteste les méandres du fleuve », proverbe chinois.
« Cris de mouette, signe de tempête », proverbe français.
« Dans la maison du marin les enfants savent nager », proverbe chinois.
« Dans un bateau qui navigue à contre-courant, qui n’avance pas recule », proverbe chinois.
« Femme de marin, femme de chagrin », proverbe français.
« Il faut prier une fois avant de partir en guerre, deux fois avant de s’aventurer en mer, trois fois avant de se marier », proverbe espagnol.
« Il n’est pire eau que l’eau qui dort », proverbe français.
« L’homme seul ne pourra mettre le bateau à la mer », proverbe swahili.
« La femme est une eau fraîche qui tue, une eau profonde qui noie », proverbe nigritien.
« La grenouille au fond d’un puits ne sait rien de la haute mer », proverbe chinois.
« La mer la plus profonde a un fond, la montagne la plus haute a une cime », Proverbe chinois.
« Le navire qui n’obéit pas au gouvernail devra bien obéir au récif », proverbe français.
« Le seigneur est le bateau, les gens ordinaires l’eau : l’eau porte le bateau ou le fait chavirer », Proverbe chinois.
« Mangez le poisson tandis qu’il est frais et mariez votre fille tandis qu’elle est jeune », proverbe danois.
« Même la gloire du fleuve s’achève à la mer », proverbe russe.
« Mesure la profondeur de l’eau avant de t’y plonger« , proverbe arabe.
« Ne préfère pas le vent à l’eau », proverbe siamois.
« On ne peut pas souffler contre le vent ni nager contre l’eau », Proverbe lituanien.
« Plus une eau est pure, moins elle a de poissons », proverbe chinois.
« Pourquoi se jeter à l’eau avant que la barque n’ait chaviré ? », proverbe chinois.
« Quand il y a sept timoniers sur huit marins, le navire sombre », proverbe chinois.
« Quand l’eau déborde, les digues sont rompues ; quand le cœur déborde, l’entente est rompue », proverbe malgache.
« Quand les gros poissons se battent, les crevettes doivent se tenir tranquilles », proverbe créole.
« Quand on tombe dans l’eau, la pluie ne fait plus peur », proverbe russe.
« Si la mer bouillait, il y aurait bien des poissons cuits », proverbe français.
« Si ton ennemi est dans l’eau jusqu’à la ceinture, tends-lui la main ; si l’eau lui monte aux épaules, appuie sur sa tête », proverbe espagnol.
« Un homme heureux est une barque qui navigue sous un vent favorable », proverbe chinois.
« Une fois que le bateau a coulé, tout le monde sait comment on aurait pu le sauver », proverbe italien.
« Unie à l’océan, la goutte d’eau demeure », Proverbe indien.

© Miss & Mister Corail / DR

Publicités